Montpellier: Le procès de l'ex-propriétaire du lion de Poussan repoussé au 1er février

JUSTICE L'homme devait comparaître ce jeudi, devant le tribunal correctionnel...

Nicolas Bonzom

— 

Ciam.
Ciam. — Fondation 30 millions d'amis

Le procès d’Anthony Crapet a été repoussé par le tribunal correctionnel de Montpellier au 1er février. L’audience devait avoir lieu ce jeudi, mais a dû être reprogrammé, en raison d’une erreur sur le dispositif de justice : une détention illégale d’armes ne peut pas être examinée par un juge unique, mais par une juridiction collégiale.

>> A lire aussi : Ciam, le lion de Poussan, a-t-il été acheté dans un cirque ?

Du cannabis près de la cage du lion

Cet Héraultais de 36 ans, père de famille, s’est vu enlever le 3 novembre dernier le lion qu’il détenait illégalement dans une cage de fortune, beaucoup trop petite selon les associations, dans sa maison, à Poussan. L’homme devra également comparaître pour détention d’armes et culture de cannabis, qu’il faisait pousser près de la cage du lion.

Ciam, récupéré par la fondation 30 Millions d'Amis. - 30 Millions d'Amis

 

L’animal, en bonne santé, a été récupéré par 30 Millions d’amis et est dans un centre spécialisé en Belgique. Sommé de rendre le fauve, l’homme avait menacé de mettre fin à ses jours. Il l’avait adopté pour sa femme, qui en était passionnée.