Perpignan : Cazeneuve « indigné» par la profanation de la grande mosquée

SOCIETE Le ministre de l’Intérieur a réagi aux taggs islamophobes et aux restes de sanglier jetés dans la nuit dans l’enceinte de la grande mosquée de Perpignan…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à la sortie du Conseil des ministres le 4 janvier 2016 à l'Elysée à Paris
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à la sortie du Conseil des ministres le 4 janvier 2016 à l'Elysée à Paris — LIONEL BONAVENTURE AFP

Des restes de sanglier ont été jetés dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’enceinte de la grande mosquée de Perpignan (Pyrénées-Orientales), où le mot « Dehors » a notamment été taggé sur un mur, a-t-on appris vendredi auprès de la police.

« On a affaire à des idiots », a estimé par téléphone auprès de l’AFP le directeur départemental de la police Yannick Janas, en précisant qu'« une enquête a été ouverte ».

 

C’est en allant ouvrir à 9h30 la grande mosquée que le gardien a découvert sur les murs des tags avec « Dehors », « une croix gammée » et d’autres inscriptions que les services de nettoyage se sont empressés de nettoyer, a indiqué Yannick Janas.

Dans l’enceinte de la mosquée, les quatre pattes et la tête d’un sanglier avaient été balancés de l’extérieur, a-t-il ajouté.

Cazeneuve exprime sa « solidarité »

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a exprimé à la mi-journée son « indignation devant la profanation » de ce lieu de culte, ainsi que son « soutien » et sa « solidarité » à « tous les habitants de Perpignan de confession musulmane. »

 

« De tels actes n’ont pas leur place dans la République et leurs auteurs devront en répondre devant la justice », déclare le ministre dans un communiqué.

La communauté musulmane de Perpignan est bien intégrée et sans problème, a souligné Yannick Janas en se félicitant d'« excellents rapports » avec elle.

 


La réaction de Salim Bencheik, président du collectif mosquée Fraternité à Perpignan (Vidéo France 3 Languedoc-Roussillon)

Cet incident a lieu alors que la France commémore les 17 morts et les victimes des attentats contre Charlie et l’attaque d’un hypermarché Cacher il y a un an. Mercredi, jour anniversaire de l’attentat contre le journal satirique, un homme a été abattu en tentant d’attaquer le commissariat du 18e arrondissement aux cris de Allah Akbar.