Montpellier: Philippe Saurel souhaite un accord avec le PS en vue de 2017

POLITIQUE Le maire de Montpellier évoque un rapprochement avec son ancien parti, autour des élections législatives et présidentielles...

Nicolas Bonzom

— 

Philippe Saurel.
Philippe Saurel. — N. Bonzom / Maxele Presse

Ce mardi matin, Philippe Saurel n’était là pour parler « des trottoirs et des réfections de rues » : « Ce sera pour une autre fois », a assuré le maire divers gauche de Montpellier, à l’occasion d’une conférence de presse.

Un accord sur les législatives et les présidentielles

Moins d’un mois après le résultat des régionales, l’édile a plutôt surpris son auditoire avec une annonce politique : il souhaite rencontrer prochainement Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, parti qu’il a quitté en 2014 avec fracas, pour « demander un accord », qui porterait sur les législatives et... les présidentielles.

Cet accord « global et intelligent », que le maire n’a pas souhaité détailler plus précisément, devra se faire « à la lumière du poids que représente notre liste Citoyens du midi, sur le territoire héraultais », confie-t-il : au 1er tour, à Montpellier, Philippe Saurel est arrivé en tête avec 24,1 %, et a obtenu 13,28 % dans l’Hérault (5 % sur l’ensemble sur la région).

>>> Lire aussi : En changeant les règles de constitution d'un groupe au conseil municipal, Philippe Saurel met l'opposition à mal

« Il devrait y avoir des primaires à gauche non ? »

Philippe Saurel entend donc peser, au vu de ces scores, sur les prochaines échéances électorales, en 2017. « Nous devrons aboutir sur un accord où le PS gardera sa spécificité et nous, notre indépendance », confie-t-il. Mais à quoi pourrait servir cet accord ? A présenter un ou plusieurs candidats aux législatives ? « Je n’ai pas dit ça ! », assure aussitôt le maire.

A se lancer dans la course aux présidentielles ? « C’est un métier difficile que celui de président de la république, sourit-il. Il y a déjà beaucoup de travail ici, sur le terrain, à Montpellier (...) Mais théoriquement, il devrait y avoir des primaires à gauche non ? » Hussein Bourgi, le premier secrétaire fédéral du PS dans l’Hérault, qui a rencontré le maire il y a quelques jours, se réjouit de ce rapprochement.

« Eviter les rendez-vous manqués »

« Nous avons discuté, et Philippe Saurel m'a fait part de son souhait de rentrer en dialogue avec le PS en vue des échéances de 2017. J'ai fait part de sa demande à Jean-Christophe Cambadélis. En s’y prenant tôt, on peut peut-être éviter les rendez-vous manqués qui se sont déroulés par le passé, aux départementales ou aux régionales. (...) Nous étions tous les deux d'accord sur le fait qu'il fallait faire en sorte que le candidat de la gauche soit au 2e tour des présidentielles. » Alors, jusqu'où ira Philippe Saurel ?