Coupe de France: Montpellier débute l'ère Baills-Martini dans la douleur

FOOTBALL Pour leur premier match sans Rolland Courbis, les Héraultais, finalement vainqueurs 1-0, ont frisé l'élimination contre les amateurs d'Epernay (CFA2)...  

Jerome Diesnis

— 

Mustapha Yatabaré a inscrit le seul but du match contre Epernay en 32e de finale de la Coupe de France (archives
Mustapha Yatabaré a inscrit le seul but du match contre Epernay en 32e de finale de la Coupe de France (archives — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Pascal Baills et Bruno Martini ont réussi leurs débuts. Une réussite toute modeste, certes, qui ne tient qu’en un mot, le seul qui compte en Coupe de France: «Qualif!», comme l’a clamé Jonas Martin sur son compte Twitter.

Le milieu de terrain peut l’annoncer haut et fort. Après un bon travail de Souleymane Camara, c’est lui qui a offert à Mustapha Yatabaré un caviar pour le seul but du match (61e) contre les amateurs d'Epernay (CFA2).

«On a été en difficulté»

Un éclair dans une rencontre jamais maîtrisée, qui aurait pu très mal tourner sans un Laurent Pionnier déterminant devant Thibault Blachon (41e). Un peu plus tard, la chance a aidé le gardien, battu par une frappe de Florent Ghisolfi détournée par Bryan Dabo (72e).

L’ère Baills - Martini commence dans la douleur, avec un soulagement davantage qu’un large sourire. «L’essentiel est assuré. Ce match n’a pas été facile à jouer, pas facile à préparer, reconnaît l’ex-adjoint de Rolland Courbis. Il y a du travail. Sur un terrain difficile, une équipe regroupée, on n’a pas marqué d’entrée, on a été en difficulté».Montpellier connaîtra ce lundi son adversaire en seizième de finale.

A quatre reprises, lors des sept dernières éditions, les Héraultais s’étaient fait éliminer en 32es de finale. Cette fois, l’aventure continue. Le bail des deux hommes, en attendant l’arrivée de Michel Der Zakarian en juin, débute positivement. S’il a pris tout le monde de court, le départ précipité de Rolland Courbis n’a pas provoqué la cassure redoutée. Place à l’objectif de la saison désormais: le maintien en Ligue 1.