Pyrénées-Orientales: 70 signalements de radicalisation en un mois

SECURITE Depuis le début de l'état d'urgence, le nombre d'alertes est équivalent à ce qui avait été recensé en un an jusque-là...

Francois Launay

— 

Un gendarme répond à un appel. Illustration.
Un gendarme répond à un appel. Illustration. — Valinco - Sipa

Les attentats de Paris ont marqué les esprits. Depuis le début de l’état d’urgence le 14 novembre dernier, 70 signalements de radicalisation ont été recensés dans le département des Pyrénées-Orientales, soit autant que ce qui avait été recensé en un an jusqu’ici.

« On assiste à une véritable prise de conscience de la population par rapport à la menace et aux risques de radicalisation. Les gens n’ont plus peur de s’adresser à nous », a expliqué la préfète du département dans les colonnes de L’Indépendant.

25 perquisitions administratives

Au delà de ces signalements qui font tous l’objet d’un traitement par la cellule d’évaluation départementale, 25 perquisitions administratives ont été effectuées, toutes en lien avec des personnes suspectées de radicalisation.

Au cours de ces opérations, une arme 22 long rifle a été saisie ainsi que divers objets provenant de cambriolages.