Montpellier: Aurore Bourçois, l'espoir du karaté français

ARTS MARTIAUX La Montpelliéraine de 19 ans a décroché le bronze lors des derniers championnats du monde jeunes...

Nicolas Bonzom

— 

La Montpelliéraine Aurore Bourçois, espoir du karaté.
La Montpelliéraine Aurore Bourçois, espoir du karaté. — D.R. / Aurore Bourçois

Aurore Bourçois n’est pas vraiment une étudiante comme les autres. La Montpelliéraine de 19 ans, originaire du Val-de-Marne, est l’un des espoirs du karaté français. En novembre, elle a décroché la médaille aux championnats du monde jeunes, à Jakarta, en Indonésie, dans la catégorie des moins de 48kg.

Aussi championne d’Europe

Une jeune carrière qu’elle doit mener de front, avec ses études : Aurore étudie les sciences de gestion, à l’Institut des sciences de l’entreprise et du management (Isem) de Montpellier. En parallèle, Aurore Bourçois est entrée en équipe de France en 2013, et a remporté le titre de vice-championne du monde cadette en Espagne. En février 2015, elle est devenue championne d’Europe.

« Il n’est pas forcément facile de concilier études universitaires et la pratique d’un sport de haut niveau, note Aurore Bourçois, qui a débuté le karaté à l’âge de 5 ans et demi, et les compétitions à 11 ans. Ça demande de l’organisation et des sacrifices, comme sur les sorties par exemple. Je m’entraîne tous les soirs. Je travaille donc beaucoup le week-end. Mais réussir à conjuguer les deux constitue une réelle force ! »

Le soutien de son école

A l’Isem, la jeune femme peut notamment compter sur le soutien des professeurs et des élèves : « Ils m’ont tous fait part de leurs encouragements, et de leurs soutiens avant que je parte. Et très nombreux sont ceux qui m’ont félicité à mon retour ! ».

Et même si la Montpelliéraine avoue que son objectif était l’or, elle n’est pas près de se décourager. Elle a déjà l’esprit tourné vers d’autres échéances. « Désormais, je passe dans la catégorie espoir/senior et je vais devoir me préparer pour des compétitions comme la Coupe de France, ou l’Open de Paris, en janvier prochain », confie-t-elle.