Montpellier: On a testé le simulateur de vol de l'Airbus A320

LOISIRS Aviasim vient d’ouvrir un centre ouvert à tous sur le boulevard Victor-Hugo…

Nicolas Bonzom

— 

Dans le cockpit de l'Airbus A320.
Dans le cockpit de l'Airbus A320. — N. Bonzom / Maxele Presse

Qui n’a jamais rêvé (ou cauchemardé !) de prendre les commandes d’un avion ? L’entreprise Aviasim, qui vient d’ouvrir une neuvième antenne française à Montpellier, vous invite à vous glisser dans la peau d’un pilote, assis dans le cockpit d’un Airbus A320 ! Un simulateur de vol fidèle jusqu’aux plus petits boutons, puisqu’il est aussi utilisé par les professionnels pour s’entraîner…

Un briefing avec un pilote professionnel

« On s’adresse à ceux qui jettent toujours un petit regard intrigué sur le cockpit quand ils montent dans un avion, confie Sébastien Tiers, directeur du centre. A ceux qui ont toujours rêvé de faire ce métier… Et aux curieux ! » 20 Minutes a testé pour vous ce simulateur de haut vol, qui propose aussi des stages contre la phobie des airs.

Une fois confortablement installé sur le siège du commandant, un pilote professionnel se charge de vous faire un briefing de 20 minutes sur l’utilisation du tableau de bord. Et des boutons, il y a en partout, et de toutes les couleurs. « C’est extrêmement fidèle à la réalité de ce qu’est un A 320, confie Anthony, jeune pilote, qui veillera sur nous pendant le vol. Pour s’entraîner, c’est totalement idéal pour nous… On peut même simuler une grosse panne ou un orage. »

« Un certain stress apparaît »

Prêt au décollage. Les moteurs grondent, et nos jambes flageolent. L’appareil s’élance sur la piste de l’aéroport de Montpellier - mais il est possible de sélectionner n’importe lequel, le monde entier est numérisé - et quitte la terre ferme. On tire à fond sur le « joystick » qui fait s’envoler l’appareil. Le son est très réaliste, et un certain stress apparaît. Bizarre, alors qu’on est toujours sur le boulevard Victor-Hugo, à Montpellier…

Alors que l’on aperçoit la petite Camargue, Anthony nous fait amorcer un tournant. « Non, c’est trop là, c’est beaucoup trop, on descend ! ». Le tableau de bord bipe de tous les côtés, on s’y croirait. Grosse frayeur. Il est temps d’atterrir. Pas facile de viser la piste que l’on aperçoit à l’horizon ! L’avion titube sur le goudron. Ouf. Atterrissage réussi. On a bien failli plonger dans l’étang de l’Or. Une sacrée expérience.

9, boulevard Victor-Hugo. 04 99 61 51 91.