Montpellier: Une douzaine d’individus assignée à résidence en Languedoc-Roussillon

ETAT D'URGENCE Les perquisitions se sont multipliées cette semaine dans les milieux salafistes, notamment à Montpellier, Lunel, Bédarieux et Perpignan...

Jérôme Diesnis

— 

Illustration. Opération de police.
Illustration. Opération de police. — G. VARELA / 20 MINUTES

En Languedoc-Roussillon comme dans toute la France, l’état d’urgence décrété après les attentats à Paris a entraîné une forte réplique administrative contre les mouvements extrémistes. En début de semaine, des dizaines de perquisitions ont été menées dans plusieurs villes de la région. « Des cibles établies sur critères de dangerosité et de lien avec la mouvance islamiste » selon les forces de l’ordre.

Elles ont débouché sur peu de saisies, si ce n’est de l’argent liquide découvert dans un appartement du quartier du Petit-Bard (20.000 euros) et deux fusils à Alès. Mais, selon le décompte réalisé en additionnant les chiffres de Midi Libre et France 3, une douzaine d’individus ont été assignés à résidence.

Ils sont neuf dans l’Hérault

Ces procédures ont généralement pour but de contraindre des individus présentés comme des prétendants au Djihad, visés pour la plupart par la désormais trop fameuse fiche S (pour atteinte à la sûreté de l’État). L’assignation à résidence est une contrainte administrative afin de les empêcher de partir pour la Syrie. Les assignés à résidence doivent se présenter quatre fois par jour à la brigade de gendarmerie ou au poste de police le plus proche (à 8h, 11h, 15h et 19h). Ils doivent rester à leur domicile la nuit, de 20h à 6h.

Parmi ces douze individus potentiellement, deux résideraient dans le Gard, dont l’un à Cendras, un dans les Pyrénées-Orientales où plusieurs perquisitions ont été menées à Perpignan ainsi que quatre communes environnantes. Neuf enfin dans l’Hérault, à Lunel et Montpellier (des perquisitions ont également eu lieu à Bédarieux).

C’est notamment le cas d’un couple résidant dans le quartier de la Mosson à la Paillade.