Montpellier : L’Etat condamné à verser un million d’euros pour une erreur judiciaire

JUSTICE Abdelkader Azzimani et Abderrahim El Jabri avaient été condamnés en 2004 pour le meurtre d'un dealer à Lunel. Avant de gagner leur procès en révision en 2013...

Jerome Diesnis

— 

Abderrahim El Jabri (g) et Abdelkader Azzimani lors de leur procès en révision à Nîmes, le 3 juillet 2014
Abderrahim El Jabri (g) et Abdelkader Azzimani lors de leur procès en révision à Nîmes, le 3 juillet 2014 — Sylvain Thomas AFP

L’Etat devra verser près d’un million d’euros d’indemnisation à Abdelkader Azzimani et Abderrahim El Jabri (968.424, 57 euros au total). Emprisonnés à tort pendant respectivement 11 ans et demi et 13 ans, les deux hommes réclamaient plus de six millions d’euros à l’Etat français (6.129.000 euros) au préjudice de leurs années de détention.

De précédentes condamnations (six ans de prison pour trafic de stupéfiants) ont minoré ce dédommagement. Dans son arrêt, le Premier président de la cour d'Appel de Nîmes considère également que les deux acquittés n'ont pas apporté la preuve d'un préjudice pour leur famille. Ce qu’ils contestent. Abderrahim El Jabri et Abdelkader Azzimani ont annoncé leur intention de saisir la chambre nationale d'indemnisation.

Seuls dix acquittés au terme d'un procédure de révision depuis 1945

Les acquittés de Lunel avaient retrouvé leur honneur et la liberté le 3 juillet 2014. Ce jour-là, dix ans après avoir été condamné à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'appel de Perpignan pour l’assassinat à Lunel d’Abdelaziz Jhilal (un dealer de 22 ans) en 1997, ils avaient été acquittés par la cour d’assises du Gard des charges qui pesaient sur eux. Un an plus tôt, le 15 mai 2013, la cour de révision avait annulé leur condamnation.

Une conclusion extrêmement rare : avant eux, seuls huit condamnés pour des crimes avaient été acquittés au terme d'une procédure de révision des condamnations pénales, depuis 1945. «Je suis très ému. C'était un procès historique et noble. Toutes les victoires sont belles mais celle-ci est exceptionnelle», s’était exclamé Luc Abratkiewciz, l’un de leurs avocats, à l’issue du procès.