Hérault: Le propriétaire du lion s'est présenté à la gendarmerie

FAITS DIVERS La gendarmerie évoque une « démarche de dialogue » avec l'homme, qui détient le jeune fauve depuis sept mois dans une cage...

Nicolas Bonzom

— 

Illustration : Un bébé lion d'Asie, au zoo de Paignton, en Angleterre.
Illustration : Un bébé lion d'Asie, au zoo de Paignton, en Angleterre. — Richard Austin / Rex Fe/REX/SIPA

L’Héraultais de 36 ans, qui possède un lion de 14 mois dans une cage depuis sept mois à Poussan, aurait été interpellé par les gendarmes, ce mardi matin, selon Midi Libre.

La gendarmerie n’a pas confirmé son interpellation ce matin à 20 Minutes, mais a simplement souligné que l’homme s’était présenté à la gendarmerie de Mèze, où il avait été convoqué. « Nous sommes dans une démarche de dialogue, pour le bien-être de la famille, de l’entourage et de l’animal, note la gendarmerie. Il s’agit à présent de parler avec cet homme, d’expliquer, puis de mettre l’animal en lieu sûr. »

« Je me tirerai une balle dans la tête, si on me l’enlève »

Samedi, l’homme avait reçu la visite des gendarmes de la brigade de Mèze, diligentés par la préfecture, pour récupérer le jeune fauve, détenu illégalement. Face au refus de ce père de famille de livrer le lion, ils ont fait demi-tour, après plusieurs heures de négociations.

De son côté, le propriétaire avait menacé de mettre fin à ses jours si Ciam lui était enlevé. « Je me tirerai une balle dans la tête, si on me l’enlève. Ils auront ma mort sur leur conscience », avait-il confié à Midi Libre.

Le préfet Pierre de Bousquet parle de « maltraitance à animaux » dans le journal régional. « Au-delà de l’affection du détenteur de l’animal, dont je ne doute pas, c’est un lion en cage qui n’est évidemment pas aussi épanoui que s’il était dans la savane ou dans un zoo. (…) Cet homme n’est pas un criminel. Il faut faire preuve de pédagogie plutôt que la force dans un premier temps. Il faut le convaincre que ce qu’il fait est irresponsable. »