Béziers: Trois familles de réfugiés syriens ont quitté la Devèze pour Alès

SOCIETE Dans une vidéo postée le 11 septembre, Robert Ménard, le maire de la ville, avait signifié à ces migrants, qui occupaient des appartements illégalement, qu’ils « n’étaient pas les bienvenus »…

Nicolas Bonzom

— 

Robert Ménard part à la rencontre des réfugiés syriens dans une vidéo sur Youtube, le 11 septembre.
Robert Ménard part à la rencontre des réfugiés syriens dans une vidéo sur Youtube, le 11 septembre. — Capture d'écran Youtube.

Trois familles de réfugiés syriens, qui occupaient illégalement des logements du quartier de la Devèze, à Béziers (Hérault), ont été accueillies au centre de demandeurs d’asile d’Alès (Gard).

« Nous sommes heureux »

Le 11 septembre, le maire de la ville, Robert Ménard avait publié une vidéo sur YouTube, dans laquelle il signifiait à ces migrants qu’ils « n’étaient pas les bienvenus ». Une opération de communication pas vraiment du goût des associations. « Pour nous, ce n’est pas le maire de Béziers, mais de ''Buzziers'', note Mehdi, président de l’association Esprit libre, qui accompagne ces familles depuis leur arrivée dans l’Hérault. Il ne vit que par le buzz, et divise la population. Il est là pour allumer le feu. »

Aujourd’hui, c’est le soulagement qui règne. « Nous sommes heureux que trois d’entre elles aient pu être prises en charge par l’Etat, reprend Mehdi. Le centre d’accueil, c’est provisoire, en attendant bien sûr quelque chose de plus sérieux. Il était important qu’elles puissent être accueillies, car jusqu’ici, nous les prenions entièrement en charge avec nos petits moyens, de l’aide alimentaire aux soins infirmiers… » Neuf familles sont encore sur place. Elles devraient être notamment réparties sur Narbonne ou Nîmes.

Robert Ménard réagit

Frédéric Lacas, président de l’agglomération Béziers-Méditerranée, en rupture avec Robert Ménard, a fait connaître lui aussi sa satisfaction. « Nos efforts ont porté leurs fruits, je suis satisfait que l’État ait pris ses responsabilités pour gérer la situation en toute sérénité, note-t-il. (…) L’accueil des familles syriennes (…) est une bonne chose. Cela va leur permettre de vivre plus sereinement, loin de toute agitation médiatique stigmatisante et de pouvoir régulariser leur statut. »

De son côté, ​la municipalité de Béziers s'est félicitée du départ de ces familles... « Certes, il est scandaleux que l'Etat, impuissant à faire respecter la loi contre les squatteurs, récompense, en quelque sorte, ces clandestins en leur offrant gîte et couvert sans la moindre sanction pour leur comportement illégal. Une chose est certaine : sans l'action médiatique de Robert Ménard et de ses élus, ce dossier n'aurait jamais été porté sur la place publique. »