Narbonne: Un militant FN condamné pour avoir dénoncé les cours d'un professeur d'Histoire

JUSTICE Le jeune homme avait critiqué un enseignant dans une lettre, en 2011...

Nicolas Bonzom
— 
Des affiches du FN.
Des affiches du FN. — Pierre Andrieu AFP

Un militant Front national a été condamné ce jeudi par le tribunal de Narbonne : 5.000 euros d’amende dont 2.500 avec sursis, et des dommages et intérêts (2.000 euros au total) devront être versés à un professeur d’histoire.

Des cours qualifiés de « propagande »

En 2011, le jeune homme, qui était alors l’un des responsables jeunesse du parti, et le compagnon d’une élève de cet enseignant, a dénoncé ses cours dans une lettre, qualifiés de « propagande ». Selon lui, ils étaient « diffamants et insultants à l’égard du Front National », en mettant en cause « l’obligation de neutralité » du professeur.

De son côté, le professeur et responsable CGT, aujourd’hui à la retraite, a assuré avant le procès avoir « parlé dans le programme de terminale » du poujadisme, de l’élection de Jean-Marie Le Pen comme député, de la création et de la montée du Front national jusqu’au « choc du 21 avril » 2002. Il avait aussi rappelé que Jean-Marie Le Pen avait déclaré que « les chambres à gaz étaient un détail » de la Seconde guerre mondiale et indiqué qu’il était « accusé d’avoir torturé en Algérie ».

La lettre du jeune homme, parue sur les réseaux sociaux, a valu au professeur des commentaires malveillants et des menaces téléphoniques de groupuscules d’extrême-droite. L’enseignant avait alors déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

« Le FN ne fera pas sa loi dans notre école laïque et républicaine », se félicite ce jeudi soir la CGT de l'Aude, dans un communiqué.