Sète: L'homme accusé d'avoir étranglé sa femme enceinte est passé aux aveux

FAITS DIVERS Ce marin-pêcheur de 32 ans n'était pas connu des services de police...

Nicolas Bonzom

— 

Un fonctionnaire de police. (Illustration)
Un fonctionnaire de police. (Illustration) — E. Riberry / 20 Minutes

Sur l’île de Thau, au nord de Sète, cette histoire sordide est sur toutes les lèvres : ce lundi soir, vers 19 h, la police a découvert le corps sans vie d’une femme de 26 ans, dans son appartement. Rapidement, les soupçons se sont tournés vers son mari, âgé de 32 ans, marin-pêcheur de profession.

La jeune femme a été étranglée

Cet homme, de nationalité marocaine, époux de la jeune femme, qui a la particularité également d’être son cousin, est passé aux aveux mardi : il aurait bien tué sa compagne enceinte de quatre mois, en l’étranglant. C’est un proche qui a prévenu la police. « L’autopsie pratiquée ce mardi après-midi a permis de confirmer, que cette jeune femme a bien été victime d’une asphyxie mécanique, note Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier. Elle porte également les stigmates d’actes de violence sur une large partie du corps. »

Selon les premiers éléments de l’enquête, le couple était coutumier des disputes, et vivait « dans une certaine tension », reprend le procureur de Montpellier. Mais il n’y a aucune trace de mains courantes ou de plaintes déposées dans le passé. Il semble que ce soit la jeune femme ait « insulté » son mari et sa famille, déclenchant l’altercation.

Il n’était pas connu des services de police

L’Héraultais, qui travaillait « de façon épisodique », n’est pas connu des services de police. Il sera mis en examen pour homicide volontaire aggravé par deux faits : la victime était son épouse et elle était enceinte… L’unique enfant du couple, qui a 4 ans, a été confié aux services sociaux. Il n’aurait pas assisté à la scène.

En 2014, deux homicides dans le cadre conjugal ont eu lieu dans le secteur couvert par le parquet de Montpellier. Une seule en 2015. Ce mercredi, le procureur a souligné qu’il en faisait l’une de ses priorités.