Montpellier: L'Agence française de la biodiversité sera à Montpellier

INFO «20 MINUTES» L'implantation de la structure devrait être officialisée le 24 septembre prochain...

Jérôme Diesnis

— 

Montpellier.
Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

Au ministère de l’écologie et du développement durable, l’information n’est pas encore confirmée officiellement. Mais la ministre Ségolène Royal est attendue à Montpellier le 24 septembre. Elle doit annoncer l’implantation du siège de l’Agence française de la biodiversité à Montpellier. Un succès pour la communauté scientifique et le monde politique local qui se sont mobilisés de concert autour de ce projet.

« Candidature logique »

Le choix s’inscrit dans une tradition plus longue insufflée par Georges Frêche. L’Inra, l’IRD ou Agropolis sont basés à Montpellier. Et des composantes de la future agence française de la biodiversité y sont déjà présentes (les parcs nationaux de France, l’atelier technique des espaces naturels). « C’était une candidature logique. La communauté scientifique de Montpellier est très visible au niveau national et international », confirme Philippe Jarne, président du Laboratoire d’excellence Centre Méditerranéen de l’Environnement et de la Biodiversité et directeur de recherche au CNRS.

Le pôle agro-environnement biodiversité d’Agropolis comporte 76 unités de recherche. Il est à l’origine de 20,7 % des publications françaises en biologie appliquée. L’agence sera dotée d’un budget de 226 millions d’euros et devrait générer des créations d’emploi. « D’un pôle de recherche fondamentale, Montpellier tend de plus en plus à devenir un pôle de recherche appliquée aux implications directes au quotidien sur l’environnement », conclut Philippe Jarne.