Montpellier: Vincent Boileau-Autin et le Refuge victimes d'actes homophobes

SOCIETE Le premier marié gay de France et l'association qui accueille de jeunes homosexuels rejetés par leurs familles ont porté plainte...

Jérôme Diesnis
— 
L'union de Vincent (à g.) et Bruno Boileau-Autin, le 29 mai 2013, à Montpellier.
L'union de Vincent (à g.) et Bruno Boileau-Autin, le 29 mai 2013, à Montpellier. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Triste hasard ou action concertée. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les locaux du Refuge, association montpelliéraine qui accueille de jeunes homosexuels rejetés par leur famille, ont été l’objet de vandalisme à caractère homophobe. Le même jour, c’est Vincent Boileau-Autin, premier marié français gay de l’histoire et président montpelliérain de la LGBT, qui était victime de menaces de mort, accompagnées d’une photo explicite sur Twitter.

Vincent Boileau-Autin menacé de mort sur Twitter. - Capture d’écran Twitter

« C’est terrible de s’y habituer »

Ces deux actes lâches ont entraîné deux dépôts de plainte distincts. Ils s’ajoutent aux 2.197 agressions ayant fait l’objet de plainte en 2014. « J’ai agi, parce que ça me touche et touche mon époux, souligne Vincent Boileau-Autin. C’est aussi de ma responsabilité de le faire, eut égard au nombre de victimes dont on n’entend pas parler, pour les encourager à briser le silence ».

Ce n’est pas la première fois qu’il est victime de menaces. Perçu comme un symbole, il a déjà déposé près d’une dizaine de plaintes, pour la plupart toujours en instructions. « Ce qui est terrible, c’est de devoir s’y habituer », reprend-il, en s’étonnant du manque d’empressement de Twitter et Facebook à livrer les adresses IP des individus. Vincent Boileau-Autin constate la lenteur de Facebook à coopérer avec la justice. Il a en revanche été sommé… de fermer son statut et enlever la photo des menaces de mort, qu’il a partagé sur son profil !

Au Refuge, les membres de l’association ont découvert vendredi matin des tags homophobes sur les vitrines et une tentative d’effraction. « Avec le temps, on pensait que ce genre de réaction violente disparaîtrait. Ce n’est malheureusement pas le cas », regrette Nicolas Noguier, son président.

Le Refuge vandalisé à Montpellier. - Capture d’écran Facebook

Mais comme Vincent Boileau-Autin, il retient aussi les innombrables soutiens venus du monde entier, d’anonymes ou de personnalités. « Ces réactions prouvent que les gens sont bien plus nombreux à vouloir défendre les valeurs de notre la société. »