Montpellier: Ils se font arrêter avec 900 grammes de cocaïne dans le ventre

FAITS DIVERS Après des mois d'enquête, les policiers ont identifié deux personnes qui transportaient la drogue venant de Guyanne. Des esclaves des temps modernes, selon leur avocat...

Julie Rimbert

— 

Illustration cocaine.
Illustration cocaine. — Bernard Bisson/JDD/SIPA

Depuis le mois de juin, les enquêteurs de la sûreté départementale de l’Hérault travaillaient d’arrache pied sur ce trafic de cocaïne. Après avoir découvert 1,2 kilo de poudre blanche dans un appartement du centre-ville de Montpellier, les policiers ont identifié deux « mules » qui transportaient 900 grammes dans leur ventre, rapporte Midi-Libre.

70 à 80 capsules par passeur

Chaque passeur, dont un est un mineur de 17 ans, a ingéré entre 70 et 80 capsules de cocaïne. Placés en garde à vue à l’hôpital de Montpellier, les deux passeurs ont évacué au fur et à mesure leur cargaison. Le mineur était un Guyanais qui voulait venir en métropole où il a une partie de sa famille. Mais sa mère n’avait pas les moyens de lui payer l’avion après avoir perdu son travail.

Selon un proche du dossier, ce jeune mineur « a fait une mauvaise rencontre au Suriname, un pays mitoyen. On lui a proposé un moyen facile de gagner de l’argent et de venir ici ». Le jeune homme a ingurgité toute la drogue, empaquetée en forme d’ovule dans du plastique et du scotch. Selon son avocat David Mendel, « c’est surtout le processus qui inquiète : c’est l’exploitation de la misère humaine, c’est un esclave des temps modernes ». Ce mineur n’avait jamais eu de problème avec la justice.

Six personnes arrêtées

Le second passeur est une Guyanaise d’une vingtaine d’années qui, comme le mineur ne connaissait pas Montpellier. Elle a pris l’avion jusqu’à Paris avant d’être acheminée dans le sud de la France.

Au total, six personnes ont été arrêtées et une dizaine de clients entendus dans cette affaire.