Montpellier: Trouver un restaurant ouvert après 23h, une mission impossible ?

SORTIES Dans la capitale héraultaise, difficile de dénicher un établissement qui accepte de servir tard...

Nicolas Bonzom

— 

La place de la Comédie, la nuit, à Montpellier.
La place de la Comédie, la nuit, à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

A Montpellier, « la ville où le soleil ne se couche jamais », dur dur de trouver un restaurant après 23 h... Quand on sort du théâtre, du cinéma, d’un concert ou d’un apéritif qui a un peu traîné, dénicher un lieu qui sert encore à manger est presque mission impossible. Une situation qui agace les noctambules…

« Dès 22 h, les serveurs font la grimace… »

« On s’est rendu à l’évidence : à Montpellier, on ne mange pas après 23 h, note Nicolas, un habitué du centre-ville. Déjà, vers 22 h, les serveurs nous accueillent en faisant la grimace ! » Légalement, les établissements doivent fermer à 1 h, et 2 h l’été pour certains. Après, c’est au bon vouloir du patron… « Je sors de mon entraînement de sport tard, et trouver un restaurant est compliqué, note Jérémy. Je ne vais pas aller au fast-food après le sport tout de même ! La Côte à l’Os [une discothèque qui servait à manger très tard, et qui a fermé] n’a jamais été remplacée, c’est dommage… »

De son côté, Louise regrette que l’on ne puisse pas « grignoter après le cinéma ». « A Odysseum par exemple, lorsque l’on sort d’un film vers 23 h 30 ou minuit, tous les restaurants nous refusent. » A Montpellier, la plupart des cuisines ferment entre 22 h 30 et 23 h 30, ce qui étonne certains vacanciers. « Montpellier a l’image d’une ville jeune et festive, témoigne l’un d’entre eux. Mais quand on ne peut plus trouver de restaurant après 23 h, ça casse un peu l’image… A Paris, il y a plein de restaurants ouverts 24 heures sur 24 ! »

« J’ai l’habitude de manger décalé… »

Pourtant, il y a des exceptions. Le Café Joseph, institution de la place Jean-Jaurès, sert à manger de midi à minuit tous les jours. Au menu, planches, burgers, viandes ou pâtes, réalisés par le chef. « J’ai l’habitude de manger décalé, note Jean-René Privat, le gérant. Et je ne comprends pas que, dans une ville comme Montpellier, les restaurateurs regardent leurs montres quand tu arrives à 22 h 30… Après, ça a un coût, des charges supplémentaires, c’est un investissement, c’est sûr. Mais dans une ville comme la nôtre, un service comme celui-là, c’est essentiel. »

La Brasserie du théâtre, près de la Comédie, sert aussi jusqu’à minuit, le vendredi et le samedi. « Dernière commande avant minuit, attention ! », prévient un serveur, qui précise que légalement, le restaurant doit être « vide » à 1 h. Sinon, pour calmer les fringales, il reste les boulangeries de nuit. A Montpellier, la Croissanterie de nuit, près de l’hôtel de région, et Cap Chef, sur la place Albert-Premier, se partagent la clientèle. Sandwichs, pizzas ou viennoiseries sont au menu toute la nuit. Se croisent des jeunes qui sortent de boîte, des travailleurs de nuit, des insomniaques ou… des policiers en service qui ont une petite faim ! « Il n’y a qu’ici que l’on peut manger à 3 heures du matin, note un habitué. Ces boulangeries profitent du vide laissé par les restaurants… »

Et vous, qu’en pensez-vous ? Répondez sur la page Facebook de 20 Minutes Montpellier.