Procès des paris suspects: Le «top 5» des alibis

JUSTICE Pour justifier avoir retiré d’importantes sommes d’argent en liquide à quelques heures de la prise de paris, les prévenus y sont chacun allés de leur petite excuse…

Jérôme Diesnis
— 
Les Karabatic.
Les Karabatic. — N. Bonzom / Maxele Presse

Ils sont seize prévenus soupçonnés d’escroquerie. Leur procès a repris ce lundi. Beaucoup d’entre eux ont retiré d’importantes sommes d’argent dans les jours qui ont précédé le 12 mai 2012, jour du match Cesson/Montpellier. D’autres ont parié une importante somme ce jour-là. Pas moins de 104.000 euros ont été engagés sur la défaite à la mi-temps du match de hand entre Cesson et Montpellier. Ceux qui ont avoué le pari démentent s’être concertés pour l’avoir fait au même moment (à 10 h le 12 mai) et donc le chef d’escroquerie. Certains ont avoué avoir parié, d’autres nient toute implication. Voici notre « top 5 » des justifications.

  • Numéro 5 : Pris par le temps. Luka Karabatic a parié avec sa compagne Jennifer Priez l’équivalent de 8.500 euros. Somme qu’il avait chez lui à Montpellier, et qu’il a emmenée jusqu’à Paris. « Je voulais parier le 11, mais je n’ai pas eu le temps. » Il explique donc avoir fait le voyage avec cette somme en poche et rejoint sa compagne… avant de parier le 12 mai vers 10 h.
  • Numéro 4 : Pour payer un notaire en cash. Le 10 mai 2012, Dragan Gajic (qui nie avoir parié) retire 4.000 euros. « J’avais rendez-vous le 14 chez un notaire. En Slovénie, on fait comme ça, on paie en cash. » Quelques heures plus tard, il croise Samuel Honrubia dans la salle de sport du club qui lui demande, justement, de lui prêter 4.000 euros… Il accepte. « Je ne lui ai pas demandé pourquoi. C’est mon ami. »
  • Numéro 3 : Pour l’achat d’une télé. Samuel Honrubia a avoué avoir parié. Mais nie la préméditation. « J’ai retiré 3.500 euros pour acheter une nouvelle télé. Finalement j’ai changé d’idée. » Il a donné cet argent et celui que venait de lui prêter Dragan Gajic à son ami Ayoub Chah, qui a parié cette somme le 12 mai vers 10 h.
  • Numéro 2 : Par peur des vols. Géraldine Pillet, compagne de Nikola Karabatic, dit être partie à Montpellier avec ses économies : « Je vis dans une chambre de bonne à Paris : elles sont régulièrement visitées. Et je ne dépose pas l’argent sur un compte, car je suis dans une banque en ligne ». Elle a parié 1.500 euros le 12 mai vers 10 h.
  • Numéro 1 : Pendant le footing. Le kiné du MAHB, Yann Montiège, prend une décision au matin de 12 mai. Il retire tout l’argent sur son compte, pour ne plus utiliser sa carte bancaire. « Je me suis levé tôt, j’ai fait un footing. J’ai alors retiré des sous. Avec mon épouse, on voulait changer notre façon de gérer nos comptes, ça me travaillait énormément. » Il nie avoir parié.