Procès des paris: Nikola Karabatic donne une leçon de handball aux experts... Le commissaire enquêteur peine à croire que le joueur ne savait rien...

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Montpellier a poursuivi les débats ce jeudi... Revivez la quatrième journée du procès...

Nicolas Bonzom

— 

Nikola Karabatic et son avocat.
Nikola Karabatic et son avocat. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse
  • Ce jeudi, c'était le quatrième jour du procès des paris suspects, qui se tient jusqu’au 26 juin au tribunal correctionnel de Montpellier.
  • Seize personnes sont prévenues, accusées d’avoir parié sur la défaite à la mi-temps de Cesson/Montpellier, en mai 2012, dont Nikola Karabatic, et son frère Luka. Poursuivis pour escroquerie ou complicité d’escroquerie pour avoir sciemment influencé le cours du match, tous encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.
  • Ce jeudi, le tribunal a entendu les joueurs Issam Tej et Mladen Bojinovic, et Nicolas Gillet, gérant d’un bureau de tabac à Prades-le-Lez. Durant l’après-midi, il s'est penché sur ce fameux match Cesson/Montpellier, avec la diffusion de la  mi-temps…

20h55 : Ce vendredi matin à 9h, l'audience reprendra, avec les auditions des témoins, dont Patrice Canayer, le manager général du MAHB. Un témoignage très attendu. Vous pourrez suivre la journée de vendredi en direct, minute par minute, sur 20minutes.fr. Bonne soirée, et merci de nous avoir suivi !

Revivez la journée : Nikola Karabatic joue les avocats de la défense…

20h22 : « Quels sont ceux que vous feriez émerger dans cette affaire », questionne le procureur. « Mladen Bojinovic a joué un rôle très important. Il connaît les rouages du pari sportif. Il est prêt à miser des sommes importantes. Issam Tej est lui aussi un gros parieur. Quant à Nikola Karabatic, il a une emprise. J'ai peine à croire qu'il ne savait rien... C'est une conviction personnelle. », répond le commissaire.

20h16 : Le procureur fait le procès des médias... « Je ne sais pas d'où vient cette fuite », note le commissaire. « Elle a particulièrement perturbé l'enquête. Ca a évité l'effet de surprise sur les interpellations. »

20h15 : Le procureur se demande si l'auteur de la fuite est dans la salle...

20h14 : Le procureur rend hommage au commissaire-enquêteur, et critique la déferlante médiatique. « L'enquête a été compliquée par une fuite scandaleuse, un journaliste de France 3 a osé pratiquer cette fuite sans la moindre vérification, et ça a rendu complexe l'enquête. Comme vous l'avez expliqué, tout ce qui a été prévu au départ, notamment certaines interpellations [n'ont pas se faire comme prévu]. »

20h04 : Depuis plus d’une demi-heure, le commissaire refait le point sur toute l’enquête, les relations entre les prévenus, les appels téléphoniques, les hasards, des prises de jeux importantes, des retraits d’argent en liquide…

19h28 : Il a suivi toute l'enquête. « Cette affaire arrive dans un climat général où des affaires retentissantes en Europe », note-t-il.

19h27 : L'audience reprend. Jean-Marc Droguet, commissaire-enquêteur, va être auditionné.

19h03 : Nikola Karabatic parle à la presse pour la première fois.

A la sortie de l’audience, où il a tenu tête aux experts à la surprise générale, Nikola Karabatic s’est exprimé : « J’attendais ce jour avec impatience, a-t-il dit. J’attendais ce jour pour, enfin, visionner le match. Je ne l’avais jamais vu. Je n’ai pas voulu le regarder avant. Nous nous sommes tous rendus compte que, sur cette mi-temps, il n’y a rien qui puisse laisser penser qu’il y a eu un trucage. C’est totalement farfelu. Je n’ai pas donné de leçon. J’ai juste voulu apporter mon expertise… »

Nikola Karabatic, à la sortie de l'audience vers 19h, jeudi. N. Bonzom / Maxele Presse.

18h45 : Les auditions des experts sont terminées. L'audience est levée, et reprendra à 19h15, avec l'audition du commissaire d'enquête.

18h38 : Nikola Karabatic est allé se rasseoir. Les experts continuent à défendre leur rapport.

Nikola Karabatic a donné une « vraie leçon » de handball aux experts... Jérôme Diesnis / Maxele Presse

18h30 : La scène est très atypique... Nikola Karabatic se bat pour démonter le rapport des experts. « On ne peut pas analyser seulement le match avec des statistiques ! »

18h28 : « Je ne remets pas en cause vos compétences... Mais j'aurai aimé que cette première mi-temps soit analysé par des entraîneurs, des personnes ayant joué à haut-niveau, des personnes qui connaissent vraiment le handball. Pas des spécialistes de la vidéo, ni un arbitre. »

18h26 : « On m'avait dit qu'il avait fait une mauvaise partie [M. Robin]. Quand je vois le match qu'il fait, en plus, il est blessé, il revient de blessure... Là, je vois qu'il est fait un match super. Je lui demande tout de suite de signer à Barcelone, là... C'est difficile de mettre en cause la performance de M. Robin... »

18h22 : Nikola Karabatic veut terminer avec « le meilleur ». « Sur Michaël Robin [le gardien], vous dites qu'il a fait une mauvaise mi-temps. » Le joueur français note que son ex-collègue n'a pas été aussi mauvais que ça.

18h14 : « Ce qui m'a étonné, c'est de voir pas mal d'erreurs d'arbitrage », note l'icône du handball mondial.

18h13 : Voilà une bonne dizaine de minutes que Nikola Karabatic parle, sur des points très précis du match. Personne ne bronche dans la salle, tout le monde l'écoute religieusement.

18h04 : Nikola Karabatic poursuit son analyse et ses questions aux experts. Dans la salle, on parle de « leçon de handball », d'un « cours magistral ».

18h01 : « Il y a des joueurs de haut-niveau, mais qui ne jouent pas à leurs postes », reprend Nikola Karabatic.

17h59 : Scène cocasse. Nikola Karabatic s'est levé, avec l'autorisation du président du tribunal, pour s'adresser directement aux experts, avec un petit papier.

17h57 : « Ce que je voulais dire, c'est que le handball n'est pas un sport de statistiques, note Nikola Karabatic. Se dire expert du handball, ce n'est pas facile. Je voulais savoir pourquoi vous n'avez pas précisé les compositions d'équipe, et dire que Montpellier jouait sans gaucher au poste d'arrière-droit, par exemple. »

17h55 : Nikola Karabatic va questionner les experts.

17h20 : « Il n'y a pas eu d'engagement rapide sur l'ensemble de la première mi-temps », note l'un des experts.

17h18 : Les experts reconnaissent cependant qu'il y a plusieurs façons de repérer une perte de balle. « C'est un débat sans fin », notent-ils. Ils ont utilisé le savoir-faire de la ligue nationale. Dans leur rapport, il n'y a pas de stigmatisation de joueurs précis, assurent-ils.

17h13 : Des erreurs d'arbitrage ? L'avocate d'Issam Tej signale que le joueur aurait vu des fautes de Cesson non-sifflées par l'arbitre. « Quatre fautes ! » « Cela n'a pas eu d'influence sur le match », assure l'expert, qui est arbitre.

Capture d'écran de la première mi-temps. Tebesud.

16h58 : Durant tout le match, Montpellier a perdu 7 ballons au cours de la première période... et aucun en seconde période, note le rapport d'expertise.

16h56 : « Une première mi-temps accablante », note le procureur. La salle réagit.

16h52 : Le président note que le rapport d'experts souligne que « Montpellier n'a pas mis dans ce match les ingrédients habituels de ses victoires. (...) C'est trop curieux pour être innocent. »

16h46 : Les experts notent que les cinq premières minutes sont très mauvaises. « On a un jeu qui se fait de manière pas très rapide, avec des pertes de balles, note l'un des deux intervenants. Montpellier a du mal à gêner les joueurs en contre-attaque. On a l'impression que Montpellier n'est pas là pendant les cinq premières minutes... »

16h40 : Un début de match catastrophique… Et « des choses surprenantes »…

« Cette mi-temps est très atypique, avec un nombre de pertes de balles important, toutes sur la première mi-temps. L’efficacité en tir est inférieure à la deuxième mi-temps. Les tirs hors-cadre sont supérieurs à la première mi-temps. Le type de jeu déployé par Montpellier est moins rapide en première mi-temps qu’en deuxième mi-temps. » Le début de match est catastrophique, note l’expert. « Tout cela nous conduit à conclure sur un caractère très particulier de cette mi-temps. » Mais les experts sont incapables de dire si c’est un match truqué, même si certaines choses entretiennent la suspicion…

16h38 : Les experts qui ont analysé le match vont intervenir. « Une question loin d'être évidente », reconnaît l'expert interrogé.

16h35 : La diffusion de la première mi-temps du match est terminée. La première mi-temps s'achèvait donc sur un score de 15 à 12 en faveur de Cesson. Juste avant le coup de sifflet, les commentateurs évoquent « un immanquable qui est manqué » pour un tir de Dragan Gajic.

16h33 : A la 28e minute, Dragan Gajic transforme un penalty. Cesson mène 14 à 11.

16h31 : A 26 minutes de jeu effectif, l'entraîneur Patrice Canayer demande à ses joueurs de s'appliquer dans la remontée du ballon, note l'un des commentateurs du match.

16h28 : 25 minutes de jeu ont été diffusées. A ce moment-là, Cesson creusait sérieusement l'écart au tableau d'affichage avec un score de 14 à 10.

16h24 : A la 22e minute de jeu, Cesson n'a encore jamais été mené au score par Montpellier. Cesson mène 12 à 10.

16h21 : « Ils sont pas mal du tout les Cessonnais ce soir, face à des Montpelliérains pris de vitesse », note le commentateur. A la 20e minute, Dragan Gajic rate un penalty pour Montpellier. Cesson menait alors 11 à 8.

16h20 : Le tribunal a visionné 18 minutes de jeu effectif. Cesson menait alors 9 à 7.

16h18 : A 16 minutes de jeu, le MAHB égalisait, pour la première fois du match, face à Cesson. 7 à 7.

16h15 : « Les deux Tunisiens [dont Issam Tej] ont levé le pied à l'entraînement, car, évidemment, ils ne veulent pas se blesser, à l'approche des Jeux Olympiques », explique le commentateur du match. Quinze minutes de jeu ont été diffusées.

16h07 : « Jamais Cesson n'a réussi à battre Montpellier, note le commentateur du match. Peut-être que c'est pour ce soir... » Quelque treize minutes de temps effectif de la première mi-temps ont été diffusées au sein du tribunal. A ce moment-là, Cesson menait 7 à 6.

16h03 : La diffusion de la première mi-temps a commencé. Le tribunal regarde sagement...

N. Bonzom / Maxele Presse

15h54 : L'audience va reprendre, avec la diffusion dans le tribunal de la première mi-temps du match Cesson / Montpellier du 12 mai 2012.

Regarder la vidéo du match Cesson / Montpellier sur la chaîne locale Tebesud

15h32 : L'audience de l'expert est terminée. Les débats sont suspendus quelques instants, avant la projection de la première mi-temps du match.

Géraldine Pillet, près du tribunal de Montpellier. Pascal Guyot / AFP.

15h18 : Le téléphone de Géraldine Pillet bloqué...

Le tribunal s'interroge sur le portable de Géraldine Pillet, la compagne de Nikola Karabatic. Les avocats n'auraient pas fourni des codes corrects aux experts pour qu'ils puissent entrer et analyser le contenu du portable. « Nous avons essayé le code standard 0000, puis 1234. Puis d'autres, puis au bout de six essais, le téléphone s'est bloqué. » « Vous savez qu'au plan Cabane [quartier de Montpellier], on peut le faire déverouiller facilement pour 5 euros !, note Me Corbier, l'avocat de la jeune femme. Vous ne savez pas faire ça vous ? » Le procureur s'exclame : « Dites plutôt pourquoi vous n'avez pas fourni les bons codes aux experts ! »
 

15h06 : L'expert note beaucoup d'accès à des sites d'informations sur les paris à partir des appareils des prévenus. « Mais ce sont pour la plupart des parieurs, c'est assez normal », reprend-t-il.

15h03 : L'expert assure que, si certains prévenus ont effacé des messages, ce n'est pas pour gagner de la place sur le portable. « Ca ne permet pas de gagner grand chose, il vaut mieux effacer une photo pour gagner de la place », note l'expert.

14h54 : L'expert note que plusieurs contenus de téléphone des prévenus ont été effacés ou réinitialisés entre avril et le début de l'été.

Le match en question, le 12 mai à Rennes. P.A. Bard / C-Sport / 20 Minutes.

14h45 : L'expert détaille avec précision l'ensemble des échanges SMS, Internet et téléphoniques entre les prévenus avant, pendant et après le match.

14h43 : Il y a eu un nombre significatif de changements de téléphone. Différentes personnes ont utilisé la même carte Sim dans des téléphones différents.

14h42 : L'expert a eu comme travail de vérifier le contenu de messages écrits des prévenus, y compris effacés, dont le contenu comporte sur les paris. Il a reçu 52 scellés et 49 palettes de factures détaillées.

14h40 : Le président du tribunal appelle l’expert en informatique (Monsieur Lazaar).

14h38 : L'audience reprend.

14h26 : L'audience va reprendre après 1h30 de pause. Le programme de l'après-midi, à suivre en direct, minute par minute, sur 20minutes.fr : la déposition de l’expert en informatique, la diffusion de la première mi-temps du match, et les dépositions des experts en handball, et du directeur d’enquête, le commissaire Jean-Marc Droguet.

13h00 : Le point à la mi-journée.

Ce matin, le tribunal s'est notamment penché sur les témoignages des joueurs Mladen Bojinovic et Issam Tej. Le Parisien Mladen Bojinovic, parieur addictif, Montpelliérain au moment des faits, savait qu'il n'avait pas le droit de parier. Mais il l'a fait. C'est « la cote » qui l'aurait poussé à le faire. Au même moment que les autres prévenus. Quant aux appels passés avec d'autres prévenus, « Dougi » n'a pas pu les expliquer.

Selon le procureur, dans cette enquête, « tout mène » à lui : il est proche de Nicolas Gillet, gérant du bar-tabac de Prades-le-Lez et ami de Giuseppe Palumbo, le gérant de la pizzeria Chez Vincent, qui sont également prévenus. Quant à Issam Tej, joueur au MAHB, il a assuré, comme lors de l'enquête, qu'il n'avait pas parié. Et qu'il a joué le match à fond. Les experts devraient le confirmer lors de leur audition cet après-midi.

Rendez-vous à 14h30.

12h57 : L'audition de Chokri M'Rassi est terminée. Les débats sont suspendus et reprendront à 14h30. Cet après-midi, le tribunal va entendre la déposition de l’expert en informatique, celle des experts en handball, qui se sont penchés sur la première mi-temps de Cesson / Montpellier, et celle du directeur d'enquête. La première mi-temps du match va être diffusée. Vous pourrez suivre l'après-midi en direct sur 20minutes.fr.

12h40 : L'avocate de Issam Tej demande à Chokri M'Rassi si son client a fait pression sur lui pour qu'il change ses déclarations. « Non », assure le prévenu.

12h36 : Le procureur perd patience. Il met en avant les déclarations changeantes, les fausses pistes du prévenu pendant sa garde à vue.

Le prévenu Chokri M'Rassi est, selon l'enquête, un proche du joueur Issam Tej. « Une connaissance », précise M. M'Rassi. Jérôme Diesnis / Maxele Presse.

12h27 : « Dans le salon VIP du club de handball de Montpellier [que le prévenu fréquente régulièrement], avez-vous eu des confidences sur la manière dont allait se dérouler le match contre Cesson ? », demande le président du tribunal. « Non », assure Chokri M'Rassi.

12h17 : Le président note qu'aux alentours du match, l'homme a eu 17 échanges de SMS avec Wissem Hmam (autre international tunisien, ami de Issam Tej) et a été en contact avec Issam Tej.

12h15 : Qui est Chokri M'Rassi ? Sur quoi va-t-il devoir s'expliquer ?

Chokri M'Rassi était, au moment des faits, le président d'un club de handball dans le Gard, et proche de Issam Tej, joueur du MAHB, qui a joué le match contre Cesson le 12 mai 2012. L'enquête a prouvé que l'homme avait parié la somme de 7.500 euros sur la défaite à la mi-temps de Montpellier. Il a mis en cause Issam Tej, avant de se rétracter.

12h13 : L'audition d'Issam Tej est terminée. Place à Chokri M'Rassi.

12h11 : « J'ai fait une super première mi-temps. J'étais comme d'habitude. J'encourage mes collègues, comme d'habitude. » Le rapport d'expertise souligne d'ailleurs la bonne prestation du pivot tunisien. Les experts interviendront cet après-midi.

12h07 : « Est-ce que vous avez eu une entente entre les joueurs pour perdre le match ? » « Je n'ai jamais entendu ça, promet Issam Tej. Je n'ai jamais entendu un truc pareil. » « Est-ce que vous avez eu connaissance qu'il "fallait" parier à 10h ? » « Jamais », reprend le joueur.

12h03 : L'avocat d'Issam Tej : « Vous savez pourquoi vous êtes là ? » « Sincèrement, je vois pas pourquoi, assure le joueur. J'ai trouvé des policiers chez moi, le jour de l'interpellation. J'ai été étonné. »

11h54 : Le procureur interroge Issam Tej. « Ce jour-là, vous faites partie de la feuille de match », note-t-il. « Au bout de la 13e minute, il y a eu un malentendu avec Rémi Salou [qui jouait à sa place, présenté comme mauvais ce jour-là] et Patrice Canayer, et je l'ai remplacé », explique Issam Tej. Le rapport dit que Issam Tej a été bon ce jour-là.

11h51 : « Vous avez retiré 300 euros en liquide... », note le président du tribunal. « C'est pour avoir du liquide sur moi », assure le joueur.

11h50 : Issam Tej assure qu'il n'y a eu aucune relation inhabituelle avec les autres joueurs avant le match Cesson / Montpellier. Il a simplement vu le kiné le matin, M. Montiege, pour une blessure au doigt.

11h47 : « L'un de vos proches [Chokri M'Rassi, qui sera entendu avant la fin de la matinée] dit que vous avez encaissé des gains », note le président. « Je ne sais pas pourquoi il m'a mis dans cette histoire, cela me touche beaucoup », note le joueur.

11h44 : « Est-ce que M. Dumont [l'un de ses amis] aurait pu prendre des paris pour vous ? », demande le président du tribunal. « Non », assure Issam Tej. « Pensiez-vous, avant de jouer, que Montpellier aurait pu perdre ce match ? », reprend le président. « Pour moi, l'équipe de Montpellier était affaiblie, et on jouait contre une équipe qui jouait le maintien. C'était une bonne équipe. Elle n'est pas faible. »

11h43 : Issam Tej assure qu'il est toujours à fond sur le terrain. Il tient à son statut de meilleur pivot, et se bat pour ça.

11h40 : « Saviez-vous que n'aviez pas le droit de faire des paris ? », s'interroge le président du tribunal. « Oui », note le joueur, qui parie de temps en temps, signifie-t-il. « Je parie sur les matchs de football, quelques-uns. Je suis fan du Loto Foot. Je parie maximum de 500 euros environ. » Issam Tej assure encore une fois qu'il n'a pas parié sur le match Cesson / Montpellier.

11h39 : Issam Tej est rentré à la moitié de la première mi-temps du match Cesson / Montpellier.

11h38 : Qui est Issam Tej ? Sur quoi Issam Tej va-t-il devoir s'expliquer ?

Âgé de 35 ans, Issam Tej est un handballeur tunisien, pivot du MAHB depuis 2006, présenté comme un parieur « compulsif ». Lors d'une conférence de presse avant le début du procès, Rémy Lévy, président du club de Montpellier, a répété que son contrat serait rompu si jamais le tribunal correctionnel le condamnait. Issam Tej était présent le 12 mai 2012, à Rennes, pour disputer le match Cesson / Montpellier. Issam Tej assure qu'il a joué le match à fond, ce que ne contredit pas le rapport d'expertise, et nie avoir parié.

Issam Tej discute avec son avocat, ce mercredi. Jérôme Diesnis / Maxele Presse.

11h37 : L'audience reprend.

11h30 : L'audience va reprendre, avec l'audition d'Issam Tej.

Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic. N. Bonzom / Maxele Presse.

11h26 : Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic, s'exprime.

« Je refuse que mon client soit une tête de truc. On ne va tout de même pas condamner mon client parce qu'il est ami avec telle ou telle personne ! (...) Est-ce qu'il un seul élément qui permet de dire qu'il y a eu une "tricherie collective" ? Non ! »

11h06 : L'audition de Nicolas Gillet est terminée. L'audience est levée, elle reprendra à 11h30, avec l'intervention d'Issam Tej.

10h58 : Une histoire de hasard... « Pourquoi des tickets engagés à Rennes [lieu où s'est déroulé le match] ont été encaissés [les gains] chez vous, dans votre bar ? », s'interroge le procureur. « Je ne sais pas, note le prévenu. On peut encaisser là où on veut. » Des explications qui ne satisfont pas du tout le procureur...

10h55 : Au moment des faits, Nicolas Gillet était sponsor du club, assure le procureur. « Je ne me souviens plus, note le prévenu. Oui, peut-être. » « Vous jouez contre l’équipe quand même… Et vous dites que vous ne connaissez personne dans l’équipe… », explique le procureur. « Vous savez, on connaît, on connaît. Vous savez, Johnny Hallyday, je le connais aussi, hein ! », ironise le prévenu. « Ce que vous dites n'a ni queue ni tête », regrette le procureur.

10h53 : « Je ne couche pas avec Mladen Bojinovic ! »

« Vous me reprochez de gagner des sous avec la Française des jeux, ce n'est pas un délit quand même, s'exclame Nicolas Gillet. Vous dites qu'il n'y a pas de tabou avec Mladen Bojinovic... C'est ce que vous dites. Je ne couche pas avec lui quand même, il nous arrive de jouer ensemble, comme de ne pas jouer ensemble ! »

10h44 : « Comment expliquez-vous le hasard qu'au même moment, à 500 km de là, Luka Karabatic et Jennifer Priez, notamment, à la même minute, à la même seconde, sur la même mi-temps, le même match, ils font exactement la même chose ? », s'emporte le procureur. « Je ne sais pas, je m'occupe de mon jeu, pas de celui des autres », assure le prévenu. « Mladen Bojinovic, qui est ami avec vous tous, aurait-il pu avoir un lien avec ce hasard-là ? », ironise le procureur. « Absolument pas ! », assure Nicolas Gillet.

De très nombreux médias suivent le procès depuis lundi. Ici, Jennifer Priez, compagne de Luka Karabatic, à son arrivée au tribunal, ce jeudi matin. N. Bonzom / Maxele Presse.

10h35 : Depuis sa mise en examen, Nicolas Gillet n’est plus agréé par la Française des jeux dans son établissement.

10h33 : « Comment se fait-il que vous n’ayez pas parlé avec Mladen Bojinovic que vous alliez parier sur son club, alors que vous êtes très amis ? », note le procureur. Pas de réponse. « On n’en a pas parlé », note le prévenu.

10h30 : Nicolas Gillet a encaissé 370 prises de paris, alors qu'il en a fait 250... « Ca doit être une erreur, assure-t-il. Je ne sais pas. »

10h27 : « Vous savez que les jeux ont été massifs, beaucoup plus importants que ce qu'il se fait habituellement... », se demande le président du tribunal. « Oui, je m'en étonne. Je m'étonne que la Française des jeux n'ait pas bloqué d'ailleurs, qu'elle ait mis un certain temps pour bloquer la machine... »

10h24 : « Vous avez parié 25.000 euros d’un coup, c’est une grosse somme, note le président du tribunal. Vous avez dit que vous jouiez jusqu’à 30.000 euros par mois. » « Ce n’est pas la première fois, répond Nicolas Gillet. J’ai dû bloquer 16 fois ma machine [pour parier]. » « Parlez-vous de la composition de l'équipe avec Mladen Bojinovic ? » « Non. (...) La composition, elle est dans les journaux. »

10h22 : « Je joue beaucoup oui, sur le sportif, au casino aussi, note Nicolas Gillet. Entre 20.000 et 30.000 euros par mois à peu près. Je joue pratiquement tous les jours... »

10h20 : « Vous êtes un ancien joueur de handball ! », note le procureur. « Oui, bon, quand j'étais tout petit », répond le prévenu.

10h19 : Qui est Nicolas Gillet ? Sur quoi va-t-il devoir s'expliquer ?

Nicolas Gillet est le gérant du Café du Nord, à Prades-le-Lez, à quelques kilomètres de Montpellier. L'enquête a fait apparaître que l'homme a engagé deux paris, dans deux points de vente, dont le sien, pour un montant total de 25.000 euros, pour un gain de 72.500 euros. Il a reconnu avoir misé cette somme. Décrit comme très proche de Mladen Bojinovic, avec lequel il partage l'amour des paris, et avec lequel il se comportait « comme un agent de joueur », note l'ordonnance de renvoi. Nicolas Gillet a déclaré aux enquêteurs n'avoir eu aucune information sur la façon dont se déroulerait le match Cesson / Montpellier.

10h17 : L'audition de Mladen Bojinovic est terminée. Place à Nicolas Gillet.

10h15 : Il a également été notifié à Mladen Bojinovic qu'une femme avec un accent serbo-croate aurait récupéré 5.500 euros des gains des paris dans un bureau de tabac. Le joueur dément qu'il s'agit de sa femme, Ivana... Le procureur s'étonne de cet hasard...

Vous avez raté les premières journées du procès ?

Revivez les auditions minute par minute des compagnes des frères Luka et Nikola Karabatic et celle de leurs compagnes, Géraldine Pillet et Jennifer Priez.

10h04 : L'audition de Mladen Bojinovic est sur le point de se terminer. Le joueur n'a pas su expliquer les échanges téléphoniques qu'il a eu avec d'autres prévenus, la veille des paris et vers 10h, heure des paris. Il n'a pas su expliquer non plus pourquoi, en tant que parieur acharné, il n'a pas parié la veille, alors que la cote était à 5,40 (contre 2,9 le lendemain). L'audition de son ami Nicolas Gillet va débuter...

Les frères Karabatic, Primoz Prost, Dragan Gajic et Jennifer Priez discutent, quelques minutes avant le début de la quatrième journée, ce matin. N. Bonzom / Maxele Presse.

9h46 : « Au moment où Luka Karabatic et Géraldine Pillet envisagent de rentrer dans le bureau de tabac pour parier, ils se disent [par SMS], « Est-ce que tu as eu Dougi ? », Dougi, c'est vous ! Pourquoi ? », questionne le procureur. Le joueur n'a pas de réponse. Puis il dit que c'est peut-être une erreur... « Vous comprenez bien qu'on ne peut pas se contenter de ça ! », reprend le procureur.

Pour tout comprendre de l'affaire des paris, lisez notre article sur les clés du procès.

9h44 : Dans cette enquête, « tout mène à vous », note le procureur : ami de Nicolas Gillet, gérant du bar-tabac de Prades-le-Lez (qui va être entendu également ce matin), ami de Giuseppe Palumbo, le gérant de la pizzeria Chez Vincent…

9h38 : « Vous êtes un acharné des paris, c'est presque maladif... Pourtant, vous dites que 2,9 est une cote incroyable... La Française des jeux dit que ce n'est pas incroyable. C'est la cote de la veille qui était incroyable [5,4] ! Pourquoi avoir attendu le lendemain ? Comment un tel spécialiste peut laisser passer ça ? », note le procureur. « C'est vrai. J'aurais pu gagner plus d'argent », ironise Mladen Bojinovic.

9h36 : « Vous êtes un meneur d’homme, vous arranguez le public, je ne me trompe pas ? », note le procureur de la République. Mladen Bojinovic acquiesce.

9h33 : Le procureur va interroger Mladen Bojinovic.

Les frères Luka et Nikola Karabatic et leurs compagnes Jennifer Priez et Géraldine Pillet, à leur arrivée au tribunal ce jeudi matin. N. Bonzom / Maxele Presse.

9h27 : « Avez-vous entendu parler au sein de l'équipe qu'il y ait eu des jeux truqués, que quelqu'un aurait pu truquer le match ? », demande le président. « Non ».

9h23 : Le président met encore une fois le doigt sur la clé du procès : les prises de paris ont toutes été faites aux alentours de 10h le 12, et de très nombreux appels téléphoniques entre les prévenus ont été constatés à ce moment-là...

9h20 : Le 12, la téléphonie du joueur continue à tourner... Il a appelé la compagne de Nikola Karabatic, Géraldine Pillet, Giuseppe Palumbo aux alentours de 10 h, à l'heure de la prise de paris des prévenus. « Je sais pas, ce sont des appels », note le joueur.

9h18 : Le président aborde la question des nombreux appels passés le soir du 11, notamment avec Nicolas Gillet, également prévenu, le gérant du bar-tabac de Prades-le-Lez, qui sera également entendu ce jeudi. Mladen Bojinovic n'a pas d'explications à donner.

9h15 : « Pourquoi avez-vous décidé de parier sur Montpellier ? », questionne le président. « C'est la cote de ce pari qui a attiré mon attention et qui m'a poussé à jouer. J'ai beaucoup réfléchi. J'ai décidé de parier le 11 juin, avant d'aller dîner, avec ma femme », confie le joueur. « Pourquoi attendu le lendemain, alors que la cote était plus basse ? », reprend le président. « J'ai beaucoup hésité. Je savais que je n'avais pas le droit », note le joueur. Ce soir-là, c'était l'anniversaire de sa femme.

9h11 : Mladen Bojinovic reconnaît, toujours, avoir fait misé Giuseppe Palumbo, son ami et gérant de la pizzeria Chez Vincent. Il dit être un gros parieur. Jusqu'à plusieurs centaines d'euros par jour, sur tous les sports, y compris le handball. Le joueur sait qu'il n'avait pas le droit de parier sur son équipe.

9h10 : « Quelle était votre connaissance du match qui allait se dérouler à Rennes ? Comment était l'équipe ? », demande le président du tribunal. « Quand on est à Montpellier, on joue tous les matchs pour gagner », répond le joueur.

Mladen Bojinovic, à son arrivée au tribunal ce jeudi. N. Bonzom / Maxele Presse

9h09 : Sur quoi Mladen Bojinovic va-t-il devoir s'expliquer ?

Mladen Bojinovic est l'une des pièces maîtresses du procès. Selon l'ordonnance de renvoi, le joueur aurait « joué un rôle clé dans la réalisation de l'escroquerie collective ». Au centre de tous les échanges téléphoniques les 11 et 12 mai, selon l'enquête, il était « celui à qui l'on demandait des conseils ». Et le matin des paris, c'est visiblement lui qui a notamment donné le fameux « top départ » pour parier. Il est considéré comme un « parieur addictif ». Il a reconnu avoir parié (notamment) 4.000 euros par l'intermédiaire de Giuseppe Palumbo, mais a nié catégoriquement que le match ait pu être truqué.

9h07 : Qui est Mladen Bojinovic ?

Âgé de 38 ans, Mladen Bojinovic est un joueur de handball serbe, né en Yougoslavie. Arrière-gauche ou demi-centre, il a évolué pendant dix saisons au MAHB, de 2002 à 2012. Il joue actuellement au PSG. Surnommé « Dougi », il est un joueur emblématique du club de Montpellier, connu pour sa jovialité. Il est le joueur le plus titré du championnat de France. L'homme avait, avant l'affaire, ses habitudes à la pizzeria « Chez Vincent », aux Beaux-Arts à Montpellier, tenu par l'un de ses meilleurs amis, Giuseppe Palumbo, également prévenu dans ce procès.

9h05 : Mladen Bojinovic est appelé à la barre.

9h04 : La quatrième journée du procès débute.

La salle d'audience qui accueille le procès, depuis lundi. N. Bonzom / Maxele Presse

8h37 : La quatrième journée du procès des paris suspects s'ouvre à 9h. Le tribunal va entendre Mladen Bojinovic, ancien joueur du MAHB, aujourd'hui au PSG. Vous pourrez suivre toute la journée le procès en direct, minute par minute.

Suivez le procès en direct à partir de 9h.