Procès des paris suspects: Nikola Karabatic trouve «inadmissible» qu'on l'accuse de truquer un match... Son frère Luka prétend que les paris «n'ont pas servi à financer le voyage à Ibiza»... Revivez la troisième journée...

JUSTICE Ce mercredi a été marqué par l'audition des frères Karabatic...

Jérôme Diesnis
— 
Nikola Karabatic est attendu à la barre ce mercredi.
Nikola Karabatic est attendu à la barre ce mercredi. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse
  • Seize prévenus, dont l’icône du handball mondial Nikola Karabatic, sont jugés jusqu’au 26 juin au tribunal correctionnel de Montpellier.
  • Poursuivis pour escroquerie ou pour complicité d’escroquerie, ils encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.
  • Cette troisième journée est particulièrement attendue avec l’audition, à partir de 15h, de Luka puis Nikola Karabatic.

19h15 : Fin de la troisième journée de procès

La troisième journée du procès des paris suspects vient de s’achever. Elle reprendra ce jeudi à 9h avec les auditions des joueurs Mladen Bojinovic et Issam Tej, de Nicolas Gillet, propriétaire d’un bureau de tabac à Prades-le-Lez et de Chokri M’Rassi, un ami de Wissam Hmam et Issam Tej.

L’après-midi s’annonce animée avec l’audition de l’expert informatique et, après la diffusion de la première mi-temps du match, la déposition des experts sur la rencontre. Leurs conclusions sur l’attitude des joueurs ce jour-là sont très controversées. Ils s'exposent à un feu nourri de la défense.

Vous pourrez suivre l’intégralité de la journée sur 20minutes.fr. Merci de nous avoir suivis et bonne soirée!

19h04 : « Avez-vous eu connaissance d’une entente entre les joueurs pour perdre à la mi-temps ? », demande Gilles Gauer, son avocat, à Enzo Di Guardo. « En aucun cas », lui répond le prévenu.

18h59 : « Si Enzo Di Guardo a tapé « Tricherie française des jeux » sur Google, c’est peut-être parce que l’AFP a publié une dépêche dès le 15 mai dans l’après-midi sur une suspicion de match truqué », explique son avocat Gilles Gauer.

18h51 : Enzo Di Guardo : « Je n’ai jamais dit ça ! »

L’employé du bureau de tabac des Mille Pages où Enzo Di Guardo a validé une partie de ses tickets le 12 mai a expliqué aux policiers « qu’ils s’étaient regroupés à plusieurs personnes pour réunir la somme » et qu’il attendait un appel « avant d’effectuer un pari important à 10h précises ».

« Je n’ai jamais dit ça ! » s’agace le prévenu. « C’est ma parole contre la sienne ».

« Mais comment cet employé pouvait-il connaître cet horaire de 10h précise ? », l’interrogent les partis civiles ?

18h38 : Enzo Di Guardo : « J’ai estimé qu’il y avait un gros coup à faire sur ce match-là. »

18h33 : Qui est Enzo Di Guardo ?

Il fut l’un des premiers parieurs à être identifié. Il était un ami très proche de Luka Karabatic, avec qui il a échangé 134 contacts téléphoniques entre le 12 et le 30 mai 2012. Joueur de tennis de bon niveau, c’est à cette occasion qu’il avait fait la connaissance du cadet des frères Karabatic. Il a parié 3.600 euros le 12 mai à 10h alors qu’il a déclaré un salaire de 300 euros par mois aux fonctionnaires de police et devait régler un crédit de 200 euros par mois pour une moto.

Enzo Di Guardo, en discussion le 17 juin 2015 avec son conseil Gilles Gauer - Jérôme Diesnis/Maxele Presse

18h30 : Nikola Karabatic n’a pas changé sa version

Le procureur a tenté de bousculer Nikola Karabatic. Les échanges ont été tendus, mais la star mondiale du handball n’a pas changé sa version évoquée lors de l’instruction. Il n’était pas au courant des paris, c’est son amie Géraldine qui a téléchargé l’application de la Française des jeux et qui a joué sans lui dire.

18h27: Nikola Karabatic retourne à sa place. Enzo Di Guardo lui succède à la barre

18h23: Nikola Karabatic: «M’accuser de truquer un match, c’est inadmissible !»

Nikola Karabatic: «Le plus grave dans cette histoire, ce qui m’a le plus touché c’est que l’on m’a accusé de truquer un match. C’est inadmissible! Je suis un battant, j’ai beaucoup bossé pour en arriver là. Je ne veux pas perdre, c’est dans ma nature.»

18h20: Nikola Karabatic: «Je n'ai rien caché ou supprimé de mon téléphone portable ou de mon ordinateur»

18h11: Michaël Corbier, l'un des conseils de Nikola Karabatic, met en avant le retrait effectués par Nikola Karabatic (1.500 euros) et le montant en liquide qu'il lui a fallu verser avant son départ en vacances avec sa compagne: «Vous avez dû débourser 1.000 euros en cash et jusqu'à votre voyage à Ibiza, vous n'avez pas retiré une seule fois de l'argent».

18h04: «Et vous, vous avez fait des excuses au vestiaire?»

Nikola Karabatic évoque le discours d’adieu de Primoz Prost qu’il a traduit dans le vestiaire. «Et vous, lors de votre discours d’adieu, vous avez fait des excuses vous aussi?», glisse malicieusement le procureur Patrick Desjardins.

17h57: «M. Karabatic, vous n’êtes pas dans une conférence de presse!»

Le procureur tente de bousculer Nikola Karabatic: «Vous n’êtes pas dans une conférence de presse, ce n’est pas vous qui choisissez les questions. Vous êtes devant un tribunal et c’est le ministère public qui pose les questions».

17h54 : Nikola Karabatic : « Je ne veux pas répondre à des hypothèses »

Nikola Karabatic : « Je ne suis pas ici pour exposer des hypothèses, je veux juste répondre aux questions, je ne veux pas répondre à des hypothèses »

17h51: «Comment pouvez-vous nous dire que vous n'étiez pas au courant?»

Le procureur : «A 9h25, où étiez-vous quand Géraldine - puisque vous nous dites que c'est elle - a regardé l’application du pari de la Française des jeux qui a été téléchargée la veille sur votre téléphone ?»

Nikola Karabatic : «On était ensemble»

Le procureur : «Comment pouvez-vous dire alors que vous n’étiez pas au courant»

Nikola Karabatic : «Si je conduis et qu’on est en voiture, je ne peux pas voir qu’elle regarde l’application.»

17h48: Nikola Karabatic: «J’espère que ce n’était pas un appel coquin»

Le procureur: «L’appel d’1h23 à Enzo, c’est vous ou c’est elle? Ce n’est pas habituel comme appel.»

Nikola Karabatic: «Je ne sais pas, on prenait souvent les téléphones de l’un et l’autre. J’espère que ce n’était pas un appel coquin.»

17h41: Au tour du procureur d’interroger Nikola Karabatic. «Pour l’instant, pas grand-chose n’a été dit dans votre déposition»

17h35 : Nikola Karabatic : « J’ai retiré 1.500 euros en liquide le 9 mai car j’ai reçu un mail de réservation, dans la journée, de la location à Ibiza où je devais me rendre avec Géraldine [une semaine avant d’y retourner avec l’équipe]. On m’a demandé de payer une partie en liquide, une partie en transfert. »

17h29: Nikola Karabatic: «Je suis capitaine de l'équipe et au courant des décisions prises par l'équipe. Même si c'est mon frère qui tenait la caisse noire, Michaël m'a questionné [par texto] sur le voyage à Ibiza.»

17h24: Nikola Karabatic: «Géraldine n'est pas avec moi pour mon argent».

17h21: Nikola Karabatic: «J’étais très en colère quand Géraldine [Pillet, sa compagne] m’a dit qu’elle avait parié».

17h18: «S’il y a un match que Montpellier pouvait perdre, c’était celui-là»

Nikola Karabatic : « Jouer face à une équipe qui joue son maintien, c’est très difficile. Jouer le maintien, c’est jouer son métier. S’il y a un match que Montpellier pouvait perdre, c’était celui-là. »

17h17: Nikola Karabatic: «Je ne parierai pas sur mon sport»

17h06: Reprise de l'audience avec l'audition très attendue de Nikola Karabatic, l'un des meilleurs joueurs du monde.

16h59: «Pas un seul élément au crédit du procureur»

Michaël Corbier, l'avocat des frères Karabatic, a repris un à un les montants engagés par Luka Karabatic sur ses fonds propres, pour l'achat des billets et la réservation de l'hôtel vers Ibiza, quelques jours après les paris.

Alors que le procureur soulignait que Luka Karabatic avait emprunté l'argent de la cagnotet pour miser, il explique à l'inverse que Luka n'hésitait pas à avancer son propre argent pour les frais du groupe. «Sur les dix témoins que nous avons entendus, le procureur n’a pas pu mettre un élément à son crédit depuis qu’il a écrit le réquisitoire.»

Michaël Corbier, un des avocats des frères Karabatic - Jérôme Diesnis / Maxele Presse

16h50: «Nikola ne le savait pas et a encore moins donné son accord»

A la barre, Jean-Marc Nguyen Phung, l’avocat de Luka Karabatic, a tenté d’expliquer en quoi l’idée de ce pari était, inconsciemment, pour Luka, une façon de s’émanciper de son frère Nikola: «Ce n’est pas parce que Luka a fait ça [le pari], que Nikola le savait et encore moins qu’il a donné son accord. C’est ce que le parquet essaie de démontrer. Il n’y arrivera pas.»

Jean-Marc Nguyen Phung, l'un des avocats de Luka Karabatic - Jérôme Diesnis / Maxele Presse

16h36: Après les questions de la défense, l'audition de Luka Karabatic est terminée. L'audience est suspendue et reprendra à 17h.

16h22: «Elle n'est pas Claire Chazal non plus!»

Luka Karabatic explique avoir hésité à valider les tickets de jeu pour les paris. Il en a confié une partie à sa compagne Jennifer Priez, elle-même animatrice sur NRJ12. «Oui, elle pouvait être reconnue, mais elle n'est pas Claire Chazal non plus!»

Luka Karabatic, au deuxième plan derrière l'un de ses avocats, Michaël Corbier.

16h12: Luka Karabatic: «La cagnotte était à la maison. Je la considérais comme mon argent. J'ai remboursé la somme que j'avais utilisée après avoir touché les paris».

16h00: Le procureur: «La caisse noire a servi pour Ibiza»

«Les mots ont un sens. Dans les échanges de SMS, elle vous dit bien que la caisse noire a été jouée et que cette caisse noire va servir pour Ibiza. Comment pouvez-vous faire croire au tribunal que vous n'en avez parlé à personne. Et notamment à votre frère dont on sait que vous êtes très proche?»

15h55: Luka Karabatic: «Le pire moment de ma vie»

Luka Karabatic: «Après la tempête médiatique, j’ai vécu le pire moment de ma vie. Je me suis mis dans une bulle. J’ai entraîné ma fiancée. Ma seule envie état de la protéger car, pour elle aussi, c’était une catastrophe. Elle ne pouvait pas sortir de chez elle. Il y avait les journalistes en bas de chez elle.»

15h52: Le président à Luka Karabatic: «C’est extraordinaire que tant de joueurs jouent sur ce match sans que les autres ne sachent qu’ils ont joué...»

15h51: Luka Karabatic: «Quand j’ai dit à Niko que j'avais parié, il a eu une réaction de grand frère. Ce n'était pas très agréable à entendre».

15h40: Luka Karabatic: «J'ai joué la cagnotte de l'équipe»

«J'ai joué la cagnotte de l'équipe (...) Elle s'élevait à environ 5.000 euros (...) Je savais que j'avais les moyens de rembourser cette somme en cas de perte du pari» C'est Luka Karabatic qui en avait la charge. La cagnotte, a priori issue des différentes amendes en cours de saison, était gérée par le frère de Nikola.

15h37: Luka Karabatic: «Je me doutais que je n'avais pas le droit de parier»

Le frère de Nikola Karabatic avait reconnu avoir parié lors de l'instruction et demandé à sa compagne Jennifer Priez de le faire également. Il réédite ses propos à la barre: «Je me doutais que je n'avais pas le droit de parier».
 

15h35: Luka Karabatic: «Il y avait un gros relâchement dans l'équipe»

15h31: Luka Karabatic est appelé à la barre

15h24: «Un nombre d'arrêts supérieur à la moyenne du meilleur gardien du championnat»

Michaël Corbier (avocat des frères Karabatic): «Vous aviez fait 6 arrêts en 30 minutes contre Cesson. Le meilleur gardien cette année en LNH a réalisé une moyenne de 11,81 arrêts. Vous aviez donc un nombre d'arrêts supérieur à la moyenne du meilleur gardien cette saison.» Les experts qui ont visionné le match avaient insisté sur son côté peu duelliste et la lenteur systématique de ses relances.

15h18: Marc Gallix (avocat de Mickaël Robin): «Cette mise en examen un an après les autres fait suite à l’interprétation d’échanges de SMS».

15h06: «Qu'est-ce que vous racontez au tribunal?»

Le procureur Patrick Desjardins: «Vous inspirez presque une idée de publicité pour la Française des Jeux: trois jeunes filles qui ressembleraient étrangement à Sandra, Jennifer et Géraldine, courraient vers un bureau de tabac avec le désir de parier. Mais qu’est-ce que vous racontez au tribunal?»

15h03: Le procureur Patrick Desjardins: «Je ne suis pas déçu du tout par l’intervention de Monsieur Robin. Sa mauvaise foi a été patente pendant toute la durée de l’instruction.»

14h58: Question du président: «Un voyage pour 17 personnes à Ibiza pour 5.000 euros [le montant moyen de la cagnotte] ça vous semble plausible?» Réponse de Mickaël Robin: «Oui, tout à fait»

14h56: L'ancien gardien de but du MAHB explique qu’il s’agit d’une volonté de sa compagne de jouer sur ce match, avant de changer deux fois d’avis... et finalement de ne pas parier. «Je n'ai jamais eu la volonté de parier», prétend Mickael Robin.

14h54: Mickaël Robin: «Je n'ai jamais vu la couleur d'un billet gagnant, je ne sais pas ce que c'est».

14h46: «C’est vachement risqué si ça se capte»

Le président évoque des échanges SMS le 11 mai avec sa compagne, découverts sur son téléphone portable:

Sandra Maglott: «comme par hasard, il y aura plein de grosses sommes sur cette mi-temps»

Mickaël Robin: «il faut pas en parler par SMS»

Sandra Maglotte: «c’est vachement risqué si ça se capte»

14h37: «C'est quoi le truc avec la caisse noire?»

Le président évoque un échange de SMS le 10 mai 2012 de Mickaël Robin avec Nikola Karabatic: «C'est quoi le truc avec la caisse noire?». Cette caisse, censée contenir l'argent des amendes au fil de la saison, devait payer un voyage en fin de saison à Ibiza.

14h32: L'audience reprend

14h15 : Qui est Mickaël Robin ?

L’audience va reprendre avec l’audition de l’ancien gardien du MAHB Mickaël Robin, aujourd’hui transféré à… Cesson. Si l’enquête policière n’a pas permis de constater d’importants retraits d’argent, avant le 12 mai 2012, comme ce fut le cas pour la majorité des autres prévenus, des échanges par SMS avec sa compagne de l’époque, Sandra Maglott, ont été considérés par le juge d’instruction « parmi les plus significatifs du dossier et ont apporté aux enquêteurs des informations particulièrement intéressantes ». Mickaël Robin, au tribunal correctionnel de Montpellier, où il est jugé dans l’affaire des paris suspects - Jérôme Diesnis/Maxele Presse

13h27 : Les Karabatic entendus cet après-midi

Cette après-midi sera l’un des moments phares de l’affaire des paris suspects. La star mondiale du hand, Nikola Karabatic, sera appelée à la barre aux alentours de 16h. Avant lui, l’ancien gardien du MAHB Mickaël Robin et Luka Karabatic seront entendus. Puis ce sera au tour d’Enzo di Guardo, un ami proche de Luka Karabatic, mais aussi de Nikola Karabatic et sa compagne Géraldine Pillet.

Luka Karabatic (à g.), Enzo Di Guardo et leurs avocats, Jean-Marc Nguyen Phung et Gilles Gauer, le 17 juin, au tribunal correctionnel de Montpellier où ils sont jugés pour l’affaire des paris suspects. - Jérôme Diesnis/Maxele Presse

 

Dragan Gajic continue de nier

Contrairement à Primoz Prost et Samuel Honrubia qui ont avoué avoir parié durant l’instruction, le Slovène est resté sur la même ligne de défense que face au juge d’instruction. S’il avait retiré 4.000 euros le 10 mai, c’était dans l’optique de régler en cash le notaire pour une affaire privée le lundi suivant. Il a ensuite prêté cette somme à Samuel Honrubia sans lui demander pourquoi. Il a accepté d’être remboursé en partie en liquide et en billets gagnants qu’il s’est fait régler à Nîmes et Arles parce qu’il s’y était rendu en famille. Il a effacé le contenu de son téléphone parce qu'il était en panique...

12h46: La déposition de Dragan Gajic est terminée. L'audience est levée, elle reprendra à 14h30.

12h36 : Gajic : « C’est insultant que l’on me dise que j’ai truqué un match »

12h34: Question de Jean-Marc Nguyen Phung, avocat de Luka Karabatic: «Certaines personnes pensent que vous avez mis le frein en première mi-temps contre Cesson alors que vous étiez à 57% de réussite en première mi-temps. Pourtant quinze jours plus tôt contre Nîmes vous aviez terminé la partie à 50%. Vous avez donc été meilleur contre Cesson? » Réponse de Dragan Gajic «C’est évident».

12h26: Gajic: «J’étais en panique»

Question du procureur Patrick Desjardins à Dragan Gajic: «Pourquoi avez-vous effacé tout le contenu de votre téléphone portable». Réponse de Dragan Gajic: «J’étais en panique».

12h22: Le procureur Patrick Desjardins à Gajic: «Vous nous dites que vous êtes la seule personne au monde capable de gagner une très forte somme d’argent sans même savoir qu’elle a misé».

12h17: Gajic: «Samuel Honrubia ne pouvait pas me rembourser les 4.000 euros. J’ai accepté qu’il me rembourse en partie en tickets gagnants».

12h14 : Le président Paul Baudoin à Dragan Gajic : « Vous étiez proche des joueurs ? Cela justifie d’après vous que vous appeliez Géraldine Pillet (la compagne de Nikola Karabatic) à 22h, Ivana Bojinovic ou Yann Montiège le 11 mai ? (veille du match) »

12h06: «Je n'ai pas demandé à M. Honrubia pourquoi il me demandait cet argent»

Dragan Gajic a accepté de prêter l'argent à Samuel Honrubia qu'il venait de retirer pour, selon lui, payer le notaire pour une affaire privée le lundi. «Je n’ai pas demandé à Monsieur Honrubia pourquoi il me demandait cet argent. J’étais gêné de lui demander pourquoi. Je lui ai simplement demandé de me ramener l’argent pour le lundi. Je lui ai fait confiance, c’est mon ami.»

11h57: Gajic: «J’ai retiré 4.000 euros, car en Slovénie, on paie cash»

Le 10 mai 2012, Dragan Gajic a retiré 4.000 euros en liquide. «J’avais rendez-vous le 14 mai chez un notaire pour une acquisition. C’est comme ça que l’on fait en Slovénie. Quand j’avais acheté un appartement en Slovénie, j’avais payé cash».

 

11h52 : Qui est Dragan Gajic ?

Dragan Gajic est un joueur professionnel slovène de Montpellier, l’un des meilleurs à son poste en championnat de France. Il est toujours salarié au MAHB, après avoir juré la main sur le cœur qu’il n’avait pas parié sur le match Cesson-Montpellier le 12 mais 2012.

11h48 : La séance reprend avec l’audition de Dragan Gajic.

Dragan Gajic et son avocat Frédéric Landon, quelques instants avant son audition, le 17 juin 2015 au tribunal correctionnel de Montpellier - Jérôme Diesnis/Maxele Presse

11h23 : L’audition d’Ayoub Chah est terminée. La séance est suspendue. Elle reprendra dans 15 minutes avec l’appel à la barre de Dragan Gajic.

11h10: Ayoub Chah dédouane à son tour Dragan Gajic: «Aujourd’hui, je sais que je n’ai pas parié pour Dragan Gajic».

11h05 : «Non, je n’ai pas prononcé les mots de Top départ à 10h»

Comme il l'avait fait devant le juge d'instruction le 28 mars 2013, Ayoub Chah revient de nouveau sur ses aveux en garde en vue. «Ce n’est pas moi qui ai prononcé les mots de Top départ à 10h». Réponse cinglante du procureur: «Mais monsieur, vous êtes intelligent, vous êtes un kinésithérapeute. Vous l’avez signée cette déposition!»

10h58 : "M. Chah, vous êtes l’un des maillons faibles de la défense"

Le procureur Patrick Desjardins s’adresse à Ayoub Chah : "Vous êtes l’un des maillons faibles de la défense. Pendant la garde à vue, vous avez dit des choses accablantes pour tout le monde".

10h53 : Chah a "interprété le fait [qu’il] pariait pour Dragan Gajic"

Ayoub Chah : « Quand Samuel [Honrubia] m’a remis l’argent, j’ai constaté qu’il y avait 4.000 euros en plus. Samuel m’a dit : « C’est l’argent de Dragan Gajic ». J’ai interprété le fait que je pariais pour lui, sans savoir que cet argent avait été prêté à Samuel Honrubia. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas retiré les gains de Dragan Gajic, mais seulement ceux de Samuel Honrubia à qui j’avais accepté de rendre service. »

10h48 : Pourquoi le procureur insiste tant sur l’horaire des paris le 12 mai 2012?

Depuis le début des auditions, mardi, tous les prévenus expliquent qu’ils ont parié au même moment, par hasard, le 12 mai 2012 à 10 heures. Le procureur tente de faire avouer aux différents prévenus qu’ils se sont concertés. Si l’entente était confirmée, la tentative d’escroquerie envers la Française des Jeux serait dès lors avérée.

Pour comprendre l'affaire:

Les clés pour comprendre le procès des paris

Qui est Ayoub Chah ?

A l’époque des faits, Ayoub Chah finissait ses études de kinésithérapie. Quelques semaines plus tard, il était parti s’installer à la Réunion. Selon l’enquête, c’est lui qui a passé pour 7.000 euros de prises de jeu au «Totem», le 12 mai 2012, entre 9h57 et 10h05. Il est présenté comme un ami de Samuel Honrubia. En garde à vue, il avait reconnu prendre les paris à hauteur de 3.000 euros pour le compte de Samuel Honrubia et 4.000 euros pour le compte de Dragan Gajic. Il avait évoqué la notion de top départ donné à 10h pour parier. Il est revenu sur ses déclarations devant le juge d’instruction en expliquant que s’il avait joué à 10h précisément, c’était uniquement le fait du hasard.

10h20 : L’audition de Samuel Honrubia est terminée. C’est au tour d’Ayoub Chah de témoigner.

10h08: Le procureur: «Votre choix de défense se heurte à la réalité»

Le procureur Patric Desjardins à Samuel Honrubia: «Votre choix de défense se heurte à la réalité. D’un point de vue économique, c’est impossible. Vous empruntez 4.000 euros à Dragan Gajic [lors d’une séance de musculation]. Il se trouve qu’il les a, même si c’est totalement incohérent. Vous ne lui dites pas pourquoi. Vous n’avez quasiment pas d’argent sur votre compte et vous auriez pu perdre 7.000 euros. Comment auriez-vous pu rembourser Dragan Gajic alors que vous nous avez dit que vous deviez le rembourser le 14?»

10h04 : Le procureur : « On assiste à un phénomène surnaturel ! »

Le procureur Patrick Desjardins s’agace devant la ligne de défense de Samuel Honrubia. «On assiste à un phénomène surnaturel ! Tout le monde parie à 10 heures le 12 mai. Toutes les personnes font la même chose au même moment, toutes se connaissent, mais personne ne le sait.»

Revivez les deux premières journées du procès:

Bataille de procédures lors de la première journée du procès

Les dépositions des compagnes des soeurs Karabatic

9h47: Samuel Honrubia est désormais interrogé par les parties civiles.

9h42: Honrubia: «A cause de moi, mes amis sont là»

Honrubia: «Je regrette d'avoir risqué une sanction sportive. A cause de moi, mes amis (il parle de Gajic et Chah) sont là. Je ne suis pas du tout fier. Pour l'image d'un joueur, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux.»

 

Samuel Honrubia, lors d'un match de l'équipe de France.

9h35: Honrubia: «J'ai emmené mon ami Ayoub au bar pour jouer. Je l'ai attendu dehors. Je ne suis pas rentré car je ne voulais pas que le buraliste me voit.»

9h33: Honrubia: «Je n'en ai parlé à personne au club. Je n'étais pas fier de moi».

9h29: Honrubia dédouane Dragan Gajic

Honrubia: «J’ai demandé 4.000 euros à Dragan Gajic. Je ne lui ai pas dit pourquoi, il ne m’a pas demandé plus de précision. Il m’a simplement demandé de lui rembourser rapidement.» Dragan Gajic nie de son côté avoir parié sur le match Cesson-Montpellier. Cet argent, en plus des 3.000 euros retirés par Samuel Honrubia, avait été utilisé ensuite par Ayoub Chah pour parier.

9h23: Honrubia: «Pour moi Ayoub Chah avait le droit de jouer».

Le 12 mai, c'est Ayoub Chah qui avait parié pour son compte 3.000 euros.

9h20: Honrubia: «On a tenté un coup»

«C'était la fin de saison. On a tenté un coup», explique Samuel Honrubia, qui le reconnait pourtant: «Je savais que je n’avais pas le droit de parier».

9h18 : Honrubia explique pourquoi il a parié

Dès le 9 mai, Samuel Honrubia décide parier avec son ami Ayoub Chah (qui sera appelé dans la foulée à la barre). « Le contexte favorisait le fait que Montpellier n’allait pas gagner ».

9h11: Samuel Honrubia est appelé à la barre.

9h10 : La deuxième journée du procès des paris suspects s’ouvre à l’instant.