Montpellier: Et si l'Arena ne s'appelait plus Park & Suites ?

ECONOMIE Selon Montpellier Events, qui gère la grande salle, le groupe hôtelier ne paierait plus son naming depuis trois trimestres. De son côté, Park & Suites évoque un non-respect des accords sur l'organisation d'événements...

Nicolas Bonzom

— 

Park & Suites Arena de Montpellier.
Park & Suites Arena de Montpellier. — Marc Ginot / D.R.

Rien ne va plus entre Montpellier Events, gestionnaire de l’Arena, et son sponsor-naming Park & Suites. Signé en 2010, pour une durée de 12 ans, et un montant de 150.000 euros par trimestre, le contrat qui lie l’entreprise montpelliéraine d’événementiel et le groupe hôtelier bat sérieusement de l’aile : selon les dirigeants de Montpellier Events, depuis trois trimestres, Park & Suites ne paierait plus le loyer du naming. Un manque à gagner pour Montpellier Events, qui se trouve dans une situation compliquée : en 2014, la société affiche un résultat de - 1,6 million d’euros.

Un manque d’événements


Une plainte a été déposée par les gestionnaires de la grande salle montpelliéraine. « Je confirme que nous avons été assignés », note Pierre Denizet, le président du directoire du groupe Park & Suites. « Dans le contrat, un accord prévoyait l’organisation, dans la salle, d’un certain nombre d’événements qui n’ont pas eu lieu… La programmation ne correspond pas aux promesses… » Le dévoilement récent d’une rame du tramway, aux couleurs de l’Euro 2015 de Basket, a amené à relancer, considérablement, la guerre entre les deux sociétés. « Tous les Montpelliérains le voient, note Pierre Denizet. Il est écrit "à l’Arena de Montpellier"… Moi, je ne connais pas l’Arena. Je ne connaissais que la Park & Suites Arena. »

Pour se défendre, Montpellier Events invoque l’organisation de grands événements, passés et futurs qui font « rayonner la région » : Depeche Mode, les Enfoirés, Stromae, Katy Perry et bientôt Supertramp ou Johnny Halliday… Et une situation financière qui s’améliore au fil des mois, Montpellier Events espérant être à l’équilibre financier, à l’horizon 2016. Officiellement, la recherche d’un nouveau partenaire n’est pas à l’ordre du jour. Mais « dans les têtes », Agnès Jullian, présidente de l’entreprise événementielle, reconnaît y songer. Pour l’instant, le contrat avec Park & Suites court toujours.