Ligue 1: A Montpellier, la masse salariale a explosé de 40% en 5 ans

FOOTBALL Seuls les clubs de Paris (+304 %) et Monaco (+140 %) ont connu une augmentation plus importante dans le même intervalle…

Jerome Diesnis

— 

Selon le journal L'Equipe, Anthony Mounier est le joueur le mieux payé du MHSC
Selon le journal L'Equipe, Anthony Mounier est le joueur le mieux payé du MHSC — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Le manque d’ambitions au MHSC est régulièrement évoqué dans les médias pour expliquer la fuite du public à la Mosson (-35 000 entrées cette saison). L’argument ne tient pas à l’étude de la rémunération des personnels chargés du club. Un total qui englobe l’ensemble du personnel du club, mais dans lequel la masse salariale des joueurs pros est de loin la plus importante.

Depuis 2009-2010 qui correspond au retour en L1, jusqu’en 2014 (les sommes distribuées cette saison sont encore inconnues), Montpellier se situe au troisième rang en termes d’augmentation de la masse salariale. Elle est passée de 23,422 millions à 33,434 millions d’euros. Soit une hausse de 40 % de l’argent redistribué. Seuls Paris (+304 % à 239,773 millions d’euros de charges salariales en 2014) et Monaco (+140 % et 94,581 millions d’euros) ont connu plus forte inflation.

+23 millions de transferts

L’année post-titre, elle avait même quasiment doublé par rapport à 2009-2010, atteignant 45 millions d’euros. L’incapacité de René Girard à confirmer le titre (tout comme sa dernière saison à Lille, la plus mauvaise depuis dix ans pour le Losc), malgré la hausse des moyens mis à sa disposition, a contraint Montpellier à davantage d’économies. Ce montant distribué le plaçait néanmoins au neuvième rang en 2014 (au 6e un an plus tôt). On comprend mieux pourquoi Louis Nicollin demande à ses entraîneurs de terminer tous les ans parmi les dix premiers.

Cette forte hausse des salaires est la preuve d’une volonté de rester compétitif. Elle est autorisée par la politique de transferts. Montpellier peine à résister à la pression des plus fortunés, mais ne brade jamais ses meilleurs éléments. Parallèlement, Il associe un recrutement malin et à bas prix à ses pépites sorties du centre de formation.

Entre 2009 à 2014, l’excédent de la balance des transferts s’élève à 23,118 millions d’euros (17,87 millions d’achat, 41 millions de vente). Pour le bénéfice de tous, notamment des joueurs restés ou arrivés entre-temps dans l’Hérault.