Des produits Sud de France au Min de Montpellier
Des produits Sud de France au Min de Montpellier — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

GRANDE REGION

Languedoc-Roussillon: Sud de France, enjeu majeur de la fusion avec Midi-Pyrénées

La marque ombrelle lancée en 2006 par Georges Frêche est apportée en dot par Le Languedoc-Roussillon...

Plus de 4 000 produits et 2 500 entreprises labellisées Sud de France. Et surtout, depuis 2006, un retour sur investissement (à hauteur de 10 millions d’euros par an pour la promotion de la marque territoriale) considérable pour les professionnels qui répondent positivement au cahier des charges. La quasi-totalité des entreprises concernées ont vu leur chiffre d’affaires progresser.

« L’export a explosé »

La marque ombrelle Sud de France, lancée par Georges Frêche en 2006 et financée à 100 % par la région Languedoc-Roussillon, est un enjeu majeur de la fusion avec Midi-Pyrénées. « Nous avons dix ans d’avance, il faut les conserver », souligne Damien Alary, président PS de la région. « Après la fusion, ce sera la marque la plus importante du territoire français. Martin Malvy [président PS du conseil régional de Midi-Pyrénées] m’a confirmé son souhait de confirmer la marque ombrelle. Ce qui ne veut pas dire que la subsistance de marques spécifiques au Sud-Ouest soient incompatibles. Nous devons concentrer nos forces pour une meilleure efficacité. »

Initialement, seul le secteur des vins était concerné. « Il s’agissait à l’époque d’aider une filière en pleine crise en mettant en valeur son savoir-faire, rappelle Henry Garino, vice-président en charge de l’agriculture et la viticulture. Huit ans plus tard, c’est un succès. La vente des vins à l’export notamment a explosé, à l’image de la Chine. » Un vin français sur trois exporté dans le monde provient du Languedoc-Roussillon.

L’agroalimentaire, le tourisme, le bois et deux nouvelles filières (le bâtiment et le bien-être cosmétique) ont rejoint la marque ombrelle depuis.