Capture du site d'information48Info, illustrant la mort de Jean Roujon
Capture du site d'information48Info, illustrant la mort de Jean Roujon — 48info

FAITS DIVERS

Lozère: L'ex-maire de Marvejols, commune surendettée, s'est suicidé

Jean Roujon a été retrouvé pendu dans une usine désaffectée. L'ampleur de la dette de la commune qu'il a gérée pendant 30 ans s'élève à près de 13 millions d'euros...

L’ancien maire de Marvejols Jean Roujon (UMP) a été retrouvé pendu ce lundi soir, dans une usine désaffectée appartenant à son père. Il aurait mis fin à ses jours. Son décès rajoute une page dramatique aux problèmes de cette petite commune de Lozère de 4.950 habitants, l’une des plus surendettées de France.

L’ardoise, selon un audit contracté par son successeur à la mairie Jean-François Deloustal (DVD), son ancien premier adjoint, s’élèverait à près de 13 millions d’euros (soit une dette de 2.305 euros par habitant, contre 607 euros en moyenne nationale).

Carte de Marvejols (Lozère) - Capture d'écran Google maps

Le maire de Marvejols qui avait largement communiqué auprès des médias nationaux et des habitants dans une réunion publique le 19 mai, afin d’exposer la situation financière dramatique de la commune, se fait cette fois beaucoup plus discret. « Monsieur le maire souhaite garder le silence », nous répond-on à son secrétariat. « Nous avons récemment découvert de nouveaux errements budgétaires. Des choses graves », expliquait-il, deux semaines auparavant, parlant d'« un budget faux et insincère, déséquilibré de près de 200.000 euros ».

20 emprunts à rembourser

Dans une lettre adressée à l’hebdomadaire La Lozère Nouvelle, Jean Roujan explique son geste en se présentant comme « un homme blessé et sali » qui avait consacré 19 ans à sa ville « avec honnêteté et intégrité au contact direct des Marvejolais ». Elu depuis 1995, il ne s’était pas représenté aux dernières élections… Il était issu d’une famille de notables qui avait géré la ville, avec quelques interruptions, depuis 1925.

Se adversaires politiques lui reprochaient notamment l’entretien de la piscine municipale (pour 1,2 million d’euros en 2010) et divers investissements disproportionnés. « Si nous n’avions pas arrêté tout investissement, nous aurions été en cessation de paiement dès 2014 », soulignait Jean-François Deloustal courant mai. La commune de Marvejols doit faire face à 20 emprunts au total, dont quatre d’une durée supérieure à 20 ans. La Chambre régionale des comptes effectuera prochainement ses préconisations.