Gard: Une maman marche pendant douze jours pour dénoncer la réforme des rythmes scolaires

EDUCATION Partie de Beaucaire, Anne Moiroud est attendue le 11 mai prochain à Montpellier, où elle apportera un recueil de doléances au rectorat... En attendant, elle a passé le pont du Gard, ce week-end...

Nicolas Bonzom

— 

La mère de famille Anne Moiroud, lors de son départ de Beaucaire, entourée de parents. Photographie de Tony Duret / Objectif Gard.
La mère de famille Anne Moiroud, lors de son départ de Beaucaire, entourée de parents. Photographie de Tony Duret / Objectif Gard. — Gilets Jaunes / nevE

Le 29 avril, Anne Moiroud a quitté sa ville de Beaucaire (Gard), sac fixé sur le dos, acclamée par une foule de parents: cette jeune maman d’une petite fille de 6 ans s’est lancée dans une longue marche de 110 km. Soutenue par l’association nevE (nous et vous pour l’Ecole) et le collectif des Gilets Jaunes, elle est attendue, le 11 mai (14 h), sous les fenêtres du rectorat de Montpellier. Son but: dénoncer la réforme des rythmes scolaires, qui a rajouté aux enfants une matinée de plus et des temps périscolaires. Son parcours est à suivre sur Facebook...

Un cahier de doléances

«Cela se passe plutôt bien pour l’instant, note Anne Moiroud, qui a franchi le pont du Gard ce week-end, et qui va arriver à Sainte-Anastasie ce lundi. Je fais rarement la route toute seule, les gens m’accompagnent. A Remoulins, c’est la directrice de l’école, qui a fait un bout de chemin avec moi.» Durant le périple, la maman gardoise remplit un cahier de doléances avec «les remarques tout le temps négatives» des parents, des associations, et des élus qu’elle rencontre. «Tous les gens que je croise se disent consternés par cette réforme, explique-t-elle. Ce cahier de doléances, c’est l’esprit de la Révolution française... A cette époque-là, si Louis XVI avait un peu écouté le peuple, il aurait peut-être eu une autre fin!» Des doléances que tout le monde peut envoyer, à l'adresse mail : association.neve@gmail.com.

Pour Céline Fabre, la porte-parole du collectif des Gilets Jaunes, le bilan de la réforme est «totalement négatif». «J’ai des CM2, et à partir du jeudi, ils sont crevés et ne sont plus concentrés du tout, confie l’enseignante. La coupure du mercredi est indispensable... Les enseignants sont également fatigués, et j’aimerai bien voir les chiffres des départs en maladie. Et cela a créé des inégalités entre les enfants selon les finances des villes.»

En parallèle de cette marche, qui risque de faire du bruit, le collectif des Gilets jaunes, qui soutient l'opération, publie un sondage sur la réforme des rythmes scolaires, réalisé auprès de 4 201 parents : 93,1 % d’entre eux soulignent que leur enfant est «plus fatigué» depuis la mise en place, 59,8 % assurent qu’il a «moins envie d’aller à l’école». Les parents sont 97,1 % à trouver que la réforme «complique l’organisation familiale» et 95,5 % à penser qu’elle a une conséquence négative sur les liens familiaux.