Montpellier: Le MHSC et les supporters cherchent des solutions pour remplir la Mosson

FOOTBALL Malgré les bons résultats, le stade de la Paillade où évolue le MHSC souffre de l'une des plus faibles affluences de L1...

Jerome Diesnis

— 

Laurent Nicollin.
Laurent Nicollin. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Ils étaient 16.431 supporters contre Lyon, dimanche. L’une des meilleures affluences de la saison reste pourtant décevante dans ce qui était un choc entre le leader et un prétendant à l’Europe. Malgré la très belle saison de Montpellier, septième de Ligue 1, les spectateurs ont du mal à revenir au stade. «Notre principal difficulté provient des infrastructures. Et d’abord le manque de places de parking qui nous fait perdre 4 à 5.000 personnes par match», souligne Laurent Nicollin. «On n’a pas toutes les armes pour agir comme on le voudrait. On sait que ce stade manque de convivialité, d'espaces de réception avant et après les matchs, alors il faut réfléchir autrement.»

Les supporters seront reçus

Avec une moyenne de 12.174 spectateurs, le MHSC se situe à l’antépénultième rang en Ligue 1. «La billetterie ne nous rapporte que 10 à 15% du budget contre près de la moitié dans les clubs allemands. La perte financière est importante», reprend le président délégué. «Peut-être qu’il faut tout revoir différemment, comme par exemple créer un sentiment de manque en fermant définitivement une partie du stade, en ne mettant plus que 18.000 places en vente au lieu de 28.000». Laurent Nicollin et son équipe envisagent différentes actions, comme se rapprocher de leurs partenaires pour que ceux-ci offrent des tarifs avantageux aux abonnés du MHSC. Ces pistes de réflexion confirment la volonté d’avancer sur cette problématique.

Le club s’apprête également à recevoir Mathieu Anton et Mathieu Bertrand, administrateurs du site www.allezpaillade.com qui ont réalisé auprès de leurs membres une vaste enquête. 500 d'entre eux ont répondu à la question : «Existe-il des solutions concrètes pour mieux garnir la Mosson?». La synthèse de trois pages dresse un état des lieux très pertinent des manques et des attentes des supporters. Avec des axes de travail clairement identifiés: améliorier la billetterie, offrir des facilités aux abonnés, développer des initiatives commerciales, travailler sur les espaces autour et dans le stade. «Je trouve leur démarche très constructive», conclut Laurent Nicollin.

Quitter la Mosson ? Le club n'est pas contre

Par la voix de son président Philippe Saurel (DVG), la métropole de Montpellier (propriétaire du stade) a déjà indiqué ne pas souhaiter quitter la Paillade. Mais le MHSC ne s’interdit de son côté aucune hypothèse, y compris de s'appuyer sur des partenaires privés pour construire un nouveau stade qui serait alors édifié du côté d'Odysseum.