Montpellier: Mohed Altrad remet en place les supporters après les incidents contre Bordeaux-Bègles

RUGBY Le président du MHR reproche au public «un comportement indigne». «Les débordements qui ont été commis le 31 janvier dernier ne sauraient être tolérés à nouveau», prévient-il...

Jérôme Diesnis

— 

Mohed Altrad tient à ce que les matchs de rugby disputés à Montpelier restent un spectacle familial
Mohed Altrad tient à ce que les matchs de rugby disputés à Montpelier restent un spectacle familial — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Mohed Altrad et Mourad Boudjellal cultivent leurs différences. Mais les deux présidents emblématiques du rugby français ont pour point commun de ne pas avoir leur langue dans la poche, chacun dans leur style. Mohed Altrad s’est fendu d’une lettre ouverte aux supporters, dans laquelle il les enjoigne fermement à ne pas reproduire à l’avenir les débordements occasionnés lors de la victoire de Montpellier contre Bègles-Bordeaux le 31 janvier.

La rencontre avait été émaillée par l’expulsion de Benoît Paillaugue après 19 minutes de jeu, suivie d’une fronde des supporters envers l’arbitre Mathieu Raynal, à la mi-temps notamment. «Le spectacle qui nous a été donné d’offrir lors de la réception de Bordeaux était, à mon sens, indigne de nous, de vous. Il était aussi, et surtout dirais-je, contraire aux valeurs chères à notre sport, celles que nous nous devons de véhiculer et de sauvegarder afin que le rugby reste un sport familial», souligne Mohed Altrad.

Suspension de terrain avec sursis

Le comportement houleux des spectateurs avait été sévèrement puni par la commission de discipline de la ligue nationale de rugby qui a infligé au club 5.000 euros d’amende le 18 février et une suspension de terrain pour un match avec sursis. Elle reprochait au MHR des «désordres occasionnés par le public pendant le match». Et notamment les «incidents survenus dans l’enceinte de jeu, en raison des projectiles lancés sur le terrain au cours de la rencontre».

Avant la réception de La Rochelle samedi (18h30), Mohed Altrad se fait plus incisif: «Les débordements qui ont été commis le 31 janvier dernier ne sauraient être tolérés à nouveau dans l’enceinte de notre stade. Merci à vous de respecter tous les acteurs du jeu comme les supporters adverses et de faire de l’Altrad Stadium un lieu de convivialité comme il l’a toujours été auparavant.»