Marion Sila,  la voix française jusqu'en Amérique latine

Jérôme Diesnis

— 

Marion, du métro au Guatemala...
Marion, du métro au Guatemala... — Katherine Jeanclaude

Elle s'appelle Marion Sila et hormis quelques amateurs de chanson française qui ont pu l'entendre à la Pleine lune ou à la Laiterie, son nom ne vous dit certainement rien. Pourtant, la Montpelliéraine a été choisie par l'Alliance française pour porter la voix et la culture de la France en Amérique latine. Au menu, deux tournées entrecoupées d'ateliers et un nouveau virage pour cette artiste iconoclaste. Elle a joué un peu partout où on voulait bien l'entendre à Paris, y compris dans le métro, avant de bifurquer.

Adepte de la «loop station»


Retour au sud, sa terre natale, à Montpellier, sa terre d'adoption. « Cela a coïncidé avec mon projet de jouer en solo. » Elle est venue avec ses deux meilleurs amis (auxquels s'est ajouté depuis un dualo), son accordéon diatonique et sa loop station, la machine qui la rend si différente sur scène. « Elle permet d'enregistrer de toutes petites boucles d'instruments. Et dans la quasi-totalité des chansons, je les enregistre devant le public, avant les morceaux ».

Ce travail sans filet, ses textes et sa musique ont plu à l'Alliance française. La fondation a décidé de l'accompagner à nouveau en Amérique latine. Une découverte mutuelle. « La première fois, comme touriste, j'ai découvert que l'accordéon diatonique y était extrêmement populaire. J'avais regretté de ne pas l'avoir emmené. »

Un oubli réparé, depuis. Avec elle, la voix de la France vibre d'un timbre souvent farceur, toujours délicat.

■ L'Alliance française

Créée en 1883, l' Alliance française est une organisation dont l'objectif est de faire rayonner la culture française à l'extérieur de l'Hexagone. Elle est présente dans 137 pays.