Montpellier: Bientôt des éoliennes en Méditerranée

ENVIRONNEMENT En avril, un projet d'éoliennes flottantes devrait être présenté à la population. Un espace au large d'Agde pourrait accueillir un site pilote...

Jerome Diesnis

— 

Quatre sites ont été délimitées, au large du Cap d'Agde notamment
Quatre sites ont été délimitées, au large du Cap d'Agde notamment — Hicham Rafih AFPTV

A l’instar du nord de l’Europe, la façade méditerranéenne va bientôt voir fleurir des éoliennes marines au large de ses côtes. Un projet d’implantation de fermes pilotes est en voie de finalisation. Plusieurs fermes pilotes, de 5 à 10 éoliennes chacune, doivent permettre de «valider la pertinence technique et économique de ces technologies», évoquait la préfecture dans un document envoyé le 3 février à l’issue d’une réunion technique. En Méditerranée, quatre zones ont été délimitées, notamment au large du Cap d’Agde. «Elles seront implantées à des distances significatives de la terre. On ne peut implanter des éolien flottants que là où le vent souffle suffisamment», souligne Yann Bizien, officier de communication à la préfecture maritime.

Le projet n’est pas nouveau. Au printemps 2010, déjà, l’idée d’implanter un parc éolien en mer Méditerranée avait été évoquée. Mais il semblait mort-né en raison des contraintes alors pointées du doigt par la préfecture de Provence-Alpes-Côte d’Azur. «Le littoral méditerranéen, du fait de son attractivité touristique et des activités maritimes intenses qui s'y pratiquent, est fortement générateur de contraintes».

Une zone très compliquée

Depuis, à la demande du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, les zones ont été affinées. Il a fallu taper au plus juste, en raison de l’importance des espaces Natura 2000 et des intérêts militaires en Méditerranée. «Beaucoup de secteurs géographiques ont été écartées en raison d’une richesse faunistique et floristique exceptionnelles, de la pratique de la pêche très active, du commerce maritime très dense, ou de l’intérêt de la défense nationale en jeu», reprend Yann Bizien.

Un premier écueil technique a été ôté. Avec la profondeur des fonds méditerranéens, qui plongent très vite au-delà des 1.500m, les éoliennes ne seront pas posées comme dans la Manche, mais flottants.

Comme ils l’ont fait en janvier à Montpellier, préfectures, collectivités, associations et professionnels se retrouvent ce mardi en région Paca pour affiner un peu plus les contours de ce projet. Le processus est bien entamé. La consultation du public est prévue pour le mois d’avril. Le projet devrait être bouclé et présenté au ministère d’ici la fin de l’année.