Vol de denrées périmées: «On voulait manger, tout simplement»

Justice Trois personnes qui comparaissaient pour vol de denrées périmées ont été reconnues coupables, mais seront dispensées de peine...

Nicolas Bonzom

— 

Adrien et Léa, qui étaient accusés de vol de denrées périmées, le 3 février 2015 à Montpellier.
Adrien et Léa, qui étaient accusés de vol de denrées périmées, le 3 février 2015 à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

«On voulait manger, tout simplement.» Adrien, technicien du son, âgé de 26 ans, et Léa, 24 ans, étudiante en éducation ont comparu ce mardi, face au tribunal correctionnel de Montpellier, pour des vols de denrées alimentaires «à dates de péremption dépassées», dans les poubelles du magasin Intermarché de Frontignan, le 27 mai dernier. Et malgré l’absence de constitution en partie civile de la direction de la grande surface, le parquet a tenu à poursuivre les deux jeunes. Mike, âgé de 32 ans, sans profession, était aussi poursuivi. Il n’était pas présent à l’audience (lire encadré).

Du foie gras, du saumon...

A l’annonce du délibéré, la salle d’audience, remplie d’une cinquantaine de militants, applaudit: même si le tribunal a reconnu la culpabilité des prévenus, il s’est prononcé, pour une «dispense de peine». Un peu plus tôt dans l’après-midi, Adrien et Léa prouvaient leur bonne foi, face au président. «On a fait ça juste pour se nourrir, note Léa, qui ne vit que grâce à 300 euros de bourse mensuelle. On est passé au-dessus du portail. Nous savions que le supermarché jetait des choses encore bonnes.»

Dans les conteneurs, le trio découvre du foie gras, du saumon, de la viande périmée du jour même, ou des fraises «encore fraîches», confie Léa, après l’audience. « Mais nous n’étions pas là pour voler dans la réserve du magasin, précise Adrien, qui vit avec 100 à 200 euros par mois, selon son avocat. On voulait juste trouver des aliments périmés. » Me Gandini, qui défend les trois prévenus, réclame une prise de conscience de chacun, sur le problème du gaspillage alimentaire: «A l’approche de la date de péremption, des produits sont jetés à la poubelle, au lieu de créer un circuit, qui pourrait aider ceux qui ont en besoin», confie-t-il.

Un fourgon volé

En marge de celle-ci, une autre affaire a émergé: le fourgon dans lequel circulaient les prévenus pour aller à Frontignan aurait été volé en Allemagne, par Mike, déjà condamné à de la prison. Adrien et Léa ont assuré qu’ils ne savait pas.