Montpellier: Adieu, terrain «merdique»!

FOOTBALL Le MHSC quitte l’Altrad Stadium. Le club retrouvera une Mosson rénovée pour affronter Marseille, vendredi...

Jerome Diesnis

— 

Les travaux de réhabilitation de la Mosson ont coûté 6,5 millions d'euros
Les travaux de réhabilitation de la Mosson ont coûté 6,5 millions d'euros — J. Diesnis / Maxele Presse

C’est Zlatan Ibrahimovic qui le dit «en s’excusant».  Difficile de lui donner tort. «Le terrain était vraiment merdique. Il était impossible de faire une passe. On n’aurait même pas du jouer.» Le MHSC a dit adieu lundi au bourbier de l’Altrad Stadium sur une dernière élimination (0-3) en Coupe de France contre Paris. Sans regret.

Cette délocalisation forcée sur le terrain labouré par les crampons de 18 mm des rugbymen, a un peu réchauffé les relations entre les deux sports majeurs montpelliérains, en évitant à Montpellier de se retrouver sans enceinte.

Dû aux inondations qui ont rendu la Mosson impraticable, le changement de stade s’est fait dans la douleur, sportivement et financièrement. Et pas uniquement pour les finances publiques, les travaux de réhabilitation coûtant 6,2 millions d’euros à Montpellier Métrople.

28.361 spectateurs perdus en quatre matchs

Côté sportif, le club y présente un bilan très négatif : trois défaites et l’élimination dans les deux coupes, deux victoires et un nul, sans compter l’inversion de la rencontre largement perdue à Lyon (1-5). Il y a aussi abandonné beaucoup d’argent. La location s’est faite avec une contrepartie financière pour le MHR, club résident. Il a fallu par ailleurs réajuster l’offre pour les partenaires. Le tout s’accompagnant d’une perte brutale de billetterie, même si l’on ne tient pas compte de la réception en Coupe de la ligue (7.386 spectateurs), compétition boudée dans les premiers tours par le public.

Les cinq autres réceptions, y compris celle de Paris, lundi, figurent parmi ses six plus mauvaises affluences de la saison. A adversaire équivalent, Montpellier a perdu 28.361 spectateurs en 4 matchs (celui de Lens, en L2 la saison dernière, n’étant pas comptabilisé). Et même si le nombre d’abonnés a baissé, la chute de fréquentation (avec un prix moyen estimé à 30 euros) a de lourdes conséquences pour la trésorerie. «On le quitte sans regrets. Ce stade avec cette architecture est magnifique. Mais avec une belle pelouse pour jouer au football», conclut Rolland Courbis.