Voici les lardons... de la mer

Nicolas Bonzom

— 

Le Duo Marin a déjà été primé.
Le Duo Marin a déjà été primé. — Duo Marin / Sup Agro Mtp. / Ecotrophelia

Leur drôle d'invention pourrait se faire bientôt une place dans les rayons des supermarchés : des étudiants de Sup Agro Montpellier ont créé les premiers lardons de la mer. De la même forme et de la même taille que les lardons de porc, le produit est conçu avec du poisson. Crus ou cuits, ils s'accommodent avec de la salade, des pâtes ou une omelette. « Deux ont été réalisés : un duo de saumon et de daurade, et un autre de lieu noir et de bonite, cousine du thon, note Matthias Caussade, étudiant et ingénieur agronome. Notre idée était d'allier la praticité d'une barquette de lardons avec les qualités du poisson frais. Et c'est bien sûr beaucoup moins gras ! »

« Un jour en supermarché »


Et visiblement ce « Duo Marin » (c'est son nom) attise toutes les convoitises. Après avoir reçu, cet été, le prix national Ecotrophelia d'Or, avec un chèque de 7 000 €, le produit représentera la France, ce week-end, au Ecotrophelia Europe de Paris, considéré comme la « la Champions League de l'innovation alimentaire ». Avec, à la clé, un prix de 15 000 € pour poursuivre la démarche de commercialisation. Et c'est Michael Knowles, vice-président de Coca Cola, qui va en juger. Pour les étudiants en lice, l'enjeu est très important : sur les trois dernières années, une trentaine de produits primés dans ce concours ont été commercialisés par des sociétés industrielles comme la poudre de pomme sucrante pour les pâtisseries ou des snacks pour l'apéritif réalisés avec... des insectes. « Nous espérons pouvoir être un jour en supermarché, reprend Matthias Caussade. Ce projet, on y travaille depuis septembre 2013. On verra comment ça va évoluer... Ce qui est sûr, c'est que plusieurs entreprises ont été séduites. On sait que le produit est industrialisable et qu'il est bon. Ce prix pourrait nous donner une autre envergure... »

■ Une pêche durable

La démarche du Duo Marin est aussi écologique : par exemple, le choix de la bonite, cousine du thon, n'est pas anodin. Ce poisson a la saveur du thon, mais n'est pas en voie d'extinction.