Montpellier: Scène de ménage au bord du Lez

Environnement Après les violentes intempéries, les étudiants de Polytech ont dépollué le fleuve.

Nicolas Bonzom
— 
La dépollution du Lez a rassemblé quelque 120 étudiants de Polytech.
La dépollution du Lez a rassemblé quelque 120 étudiants de Polytech. — N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

Trois jours après les inondations qui ont frappé Montpellier et sa région, un élan citoyen tente de redonner vie aux paysages de l'agglomération, qui ont sacrément souffert. Jeudi, les élèves ingénieurs de l'école Polytech, chaussés de bottes en caoutchouc et sacs poubelle à la main, ont travaillé d'arrache-pied pour ramasser les déchets que l'eau a amassé au bord du Lez. Toute la journée, du pont Zuccarelli au pont de la République, à Port-Marianne, l'initiative a réuni près de 120 étudiants, certains dans l'eau, sur un kayak, d'autres sur les berges.

Une végétation abîmée

 

« On ramasse beaucoup de sacs plastique, pas mal de ferraille », souligne Julie, 22 ans. « Il y a aussi des choses plus insolites, comme un sommier de lit, un vieil ordinateur, des vêtements ou un chariot, reprend Joffrey, 25 ans. Ici, nous avons tous vécu la crue, mais on ne s'attendait pas à des rives aussi polluées... » Des déchets qui proviendraient notamment du Verdanson, qui traverse la ville. « C'est un cours d'eau qui charrie beaucoup de déchets, que les gens jettent, déposent dedans, ou qui s'envolent dans les rues. Et qui se retrouvent après dans le Lez », confie Anne Boursiac, chargée de mission au Syndicat du bassin du Lez (Syble).

Sous les fenêtres de l'hôtel de ville, le spectacle « désolant » de la végétation abîmée par la force de l'eau, en interpellent certains. « Ces arbres abîmés, ca m'a fait mal au cœur quand je suis arrivée », lâche une étudiante. « Beaucoup étaient assez robustes et n'ont pas souffert », reprend un autre participant. Du côté des services de la mairie, on promet qu'il n'y aura aucun abattage : « Seuls les arbres arrachés ou couchés seront enlevés. » Après la violence de la crue de lundi, la nature se réveille tout doucement.

■ Les sinistrés sont appelés à se manifester

La commune de Montpellier devrait bénéficier prochainement d'un état de catastrophe naturelle. La mairie invite les sinistrés à transmettre une copie de la déclaration faite à leur assurance à : Hôtel de ville, Inondations 29 septembre 2014, 1, place Georges-Frêche, 34267 Montpellier Cedex 2. Les exploitants agricoles doivent faire connaître leurs dégâts par courriel à ddtm-saf@herault.gouv.fr ou auprès de la chambre d'agriculture de l'Hérault.