Montpellier: Le nouveau Montpelliérain est une femme célibataire

Démographie Chaque année, 2 500 habitants s'installent dans le Clapas

Nicolas Bonzom

— 

53 % des arrivants sont des femmes.
53 % des arrivants sont des femmes. — N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

Chaque mois, 215 personnes de plus s'installent à Montpellier. L'agglomération fait partie des cinq aires urbaines dont l'expansion démographique est la plus forte en province. A l'occasion de la journée d'accueil des nouveaux habitants (lire encadré), le journal municipal Montpellier notre ville dévoile une étude statistique : qui sont les nouveaux habitants du Clapas ? D'où viennent-ils ? 20 Minutes dresse leur portrait-robot.

Attractivité internationale

 

Le portrait-type d'un nouvel arrivant à Montpellier est une femme (53 %), 27 ans en moyenne, avec déjà un emploi (36 %), cadre moyen (32 %), et le plus souvent… célibataire (39 %). Si pour la majorité, ils arrivent d'une commune de l'Hérault (22 %) ou d'autres départements de la région (14 %), les néo-Montpelliérains, pour 14 % d'entre eux – un chiffre en plein essor –, proviennent de l'étranger (dont l'Espagne, le Royaume-Uni, le Maroc et la Chine). Ce sont essentiellement « les études et l'emploi » qui poussent à s'installer dans la capitale héraultaise, souligne Roger Rabier, statisticien à l'Insee de Montpellier. « Seuls 3 % sont des retraités. Il n'existe pas d'héliotropisme de la retraite. Pas plus que de la pauvreté. On ne vient pas ici pour toucher sa retraite ou le RSA au soleil… D'ailleurs, les allocataires du RSA sont plus nombreux à partir de Montpellier (830 en 2013) qu'à y venir (760) », souligne Roger Rabier. Avec 264 538 habitants, Montpellier pourrait, fin 2015, dépasser Strasbourg (272 222 habitants), et devenir ainsi la 7e ville de France.

■ Journée d'accueil

Les nouveaux Montpelliérains des douze derniers mois sont invités à une journée d'accueil, samedi, dès 8 h 30 à l'hôtel de ville, avec des visites guidées. Inscriptions obligatoires au 04 67 60 60 60.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.