Sauver des vies... par jeu

Jérôme Diesnis

— 

La Grande-Motte et la piscine d'Antigone se partagent ces championnats.
La Grande-Motte et la piscine d'Antigone se partagent ces championnats. — Pascal Alibert

L'événement dure jusqu'au 28 septembre, avec un échelonnement des épreuves qui débutent réellement ce mardi soir (les +30 ans ont été les premiers à se jeter à l'eau dimanche) avec la cérémonie d'ouverture pour s'achever les championnats du monde interclubs. Montpellier et La Grande-Motte accueillent les championnats du monde de sauvetage sportif, une discipline loin des clichés d'Alerte à Malibu (pour les quadras qui se souviennent encore de la plastique de Pamela Anderson), mais qui ne manque pas de glamour pour autant.

« Citoyen, spectaculaire »


« Le sauvetage est une discipline d'origine australienne, à la fois citoyenne et spectaculaire », évoque Bernard Rapha, président de la fédération française. Derrière le dépassement de soi pendant ces championnats se cache l'idée de sauver des vies qui anime la plupart de ces sportifs au quotidien. Un sport qui se pratique à la fois en piscine avec une multitude d'épreuves avec des mannequins. Elles auront lieu à la piscine d'Antigone.

Il se décline aussi sur la plage. Board race (la planche de sauvetage), du beach flag, seront visible depuis lLa Grande-Motte. Il y a deux ans, la France avait pris la 3e place. Elle tentera de rééditer cette performance.

■ Douze Bleus■ Douze Français sont engagés jusqu'au 28 septembre. Parmi eux, deux Montpelliéraines du club d'Aqualove sauvetage évolueront à domicile : Johanna Harel et Margaux Fabre.