L'expérience va les changer

Jérôme Diesnis

— 

Arnaud Loiseau (à g.) et Arnaud Gauthier-Rat, sous les anneaux olympiques
Arnaud Loiseau (à g.) et Arnaud Gauthier-Rat, sous les anneaux olympiques — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Seulement trois mois de beach dans les jambes et déjà une expérience inoubliable. Les deux Arnaud, Gauthier-Rat et Loiseau, ont accepté l'aventure lorsque les cadres fédéraux sont venus proposer aux jeunes du Centre national de volley-ball (le pôle France de volley en salle), basé à Montpellier, de monter une équipe de France pour se qualifier aux JO de la jeunesse. « C'était un pari, car il fallait lâcher la saison en salle », explique le premier. « Mais on aurait trop regretté de ne pas avoir essayé. »

« Perdre de si peu... »


Grâce à des entraînements intensif au centre élite de Montpellier et une campagne de qualifications exceptionnelle, les deux géants (1, 94m, 1, 92m) étaient bien en Chine. Ils ont finalement échoué en 8e de finale contre les Argentins, futurs médaillés de bronze, 15-13 au tie-break. « On est tombé dans une poule trop facile. Face à des adversaires d'un tout autre calibre, on n'a pas su élever notre niveau de jeu assez tôt », évoque Arnaud Loiseau.

Une défaite qui les a convaincu d'avoir fait le bon choix. « Perdre de si peu contre une des meilleures paires au monde, ça donne envie de s'investir à fond », souligne Arnaud Loiseau qui arrête la salle - « j'étais trop souvent blessé » - pour tenter l'aventure du sable au pôle France de Toulouse. Son partenaire reste encore à Montpellier avec la double casquette, salle et beach. « Je ne fais du volley que depuis trois ans », évoque cet ancien pongiste classé 25. « Au tennis de table, j'avais atteint mes limites. J'ai envie de voir jusqu'où je peux aller. » Avec un rêve : disputer les autres JO.