Vers un simple test sanguin pour détecter un cancer

Nicolas Bonzom
— 
Alain Thierry, chercheur à l'Inserm.
Alain Thierry, chercheur à l'Inserm. — J-Y Cance


La découverte de l'équipe d'Alain Thierry est une véritable révolution dans la prise en charge des patients atteints d'un cancer. Le Montpelliérain, chercheur à l'Inserm (Institut national de santé et de recherche médicale), a mis au point un test sanguin, baptisé Intplex, qui identifie des mutations sur les cellules tumorales. Parmi les perspectives, il pourrait être bientôt possible de détecter un cancer chez un patient à l'aide d'une simple prise de sang. L'avancée a fait l'objet d'un article dans le prestigieuse magazine anglais Nature Medicine, publié le 23 mars. 



Plus rapide, et moins cher



« Auparavant, on testait les mutations en intervenant directement sur le tissu de la tumeur, confie Alain Thierry. Mais ce processus était long, entre 10 et 20 jours, et très coûteux. Pour la mise en place de notre nouvelle méthode, nous nous sommes basés sur le fait que les cellules de la tumeur libèrent de l'ADN dans la circulation sanguine, en quantité très faible. Ainsi, une prise de sang suffit, et le résultat est connu en deux jours. » La méthode a été validée par une étude sur 106 personnes atteintes de cancers colorectaux métastatiques, mais la technique est valable pour tous les cancers. 

« Nous allons prochainement engager des discussions avec le ministère de la Santé, souligne Alain Thierry. Il y a un avantage pratique, de diminution des coûts pour le système de santé, mais aussi de rapidité. On sait que plus le diagnostic est rapide, plus les traitements sont efficaces. »  Une révolution qui résonne comme un espoir.  

■ Des partenariats

L'étude, qui a permis de mettre au point cette méthode, est le fruit d'une collaboration entre l'Inserm, l'Institut du cancer-Val d'Aurelle de Montpellier, et les CHU de Clermont-Ferrand et Limoges.