Courbis a fait le calcul

Jérôme Diesnis

— 

Rolland Courbis, ce jeudi, en professeur de mathématiques.
Rolland Courbis, ce jeudi, en professeur de mathématiques. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Il est arrivé avec un « paperboard » sous le bras. Non pas pour parler tableau noir ou tactique – ce qu'il fait de moins en moins souvent –, mais pour répondre à la morosité ambiante qui ne correspond pas, selon lui, à la réalité du jour. Rolland Courbis défend d'abord son bilan : « A la fin des matchs allers, on avait 17 points. En neuf matchs, on vient de gagner 17 points. »

Deux matchs décisifs


Et l'entraîneur se projette sur la suite : « Si nous perdons 8 matchs sur les 9 qui nous restent, nous allons peut-être en L2. Mais comme on vient d'en perdre un sur les dix derniers qu'on vient de disputer chez le troisième, on est surpris de me voir assez tranquille. » Le coach est évidemment dans son rôle et a surtout toute légitimité à repousser les craintes d'une relégation. Mais ce qui n'était plus qu'une pure conjecture mathématique en début du mois redevient plausible. Le MHSC n'a tout simplement pas le droit de perdre contre Nantes et Valenciennes, deux concurrents directs pour le maintien.

Si les Nordistes, actuellement relégables, s'imposaient également à domicile contre Ajaccio samedi (ce qui n'a rien d'incongru), alors la fin de saison deviendrait beaucoup plus crispante...

■ Arbitrage

Selon le quotidien L'Equipe, Montpellier serait le club le plus désavantagé par l'arbitrage cette saison. Le quotidien estime que sans les multiples erreurs en sa défaveur, il serait actuellement 9e.