« Je ne suis pas Superman »

Nicolas Bonzom

— 

Matteo Martino, et son nouvel entraîneur, Philippe Blain.
Matteo Martino, et son nouvel entraîneur, Philippe Blain. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Le Mavuc traverse une mauvaise passe. La mise en arrêt maladie de Julien Lyneel, son réceptionneur-attaquant, le 12 février, pour une tendinite chronique au genou, a précipité son déclin. Après six défaites et une victoire, ce samedi, sur Narbonne (3-1), le club de volley de Montpellier se donne un peu d'air, 11e de ligue A. Mais il frôle toujours la zone de relégation. « Quand on voit arriver les premiers signes de la guérison, il ne faut surtout pas s'imaginer qu'on est guéri, confie Philippe Blain, l'entraîneur. On peut espérer être dans les huit... Mais le maintien n'est pas joué non plus. »

« Essayer d'accrocher une place dans les play-offs »


Pour sauver le soldat Mavuc et tenter de remédier à l'absence de son réceptionneur, le club a fait appel à l'Italien Matteo Martino, 27 ans, 4e aux Jeux de Pékin de 2008 avec la Nazionale. Du haut de ses 1, 98 m, il a évolué dans de grands clubs transalpins, comme Modène ou Cunéo. Avec Montpellier, il a signé jusqu'à la fin de la saison. « Pour moi, c'est une très bonne opportunité de montrer ce que je vaux réellement. Sauver le club ? Je ne suis pas Superman, sourit Matteo Martino. L'objectif, c'est se dépasser, en essayant d'accrocher, peut-être, une place pour les plays-offs. »

■ A Nantes samedi

Le prochain match opposera le Mavuc à Nantes pour la 22e journée du championnat ce samedi (17 h) au Palais des sports de Castelnau-le-Lez. Matteo Martino devrait faire sa première apparition ce week-end.