Rémi Gaillard se lâche en salle

Nicolas Bonzom

— 

Rémi Gaillard a réussi son coup. N'importe qui, le film dont il est le héros, et qui sort en salle ce mercredi, fait l'unanimité auprès des Montpelliérains. Près de 2 000 d'entre eux ont eu le privilège de découvrir le long-métrage avant les autres, lundi, au Mega CGR à Lattes. « J'ai vraiment adoré. Il révolutionne le cinéma français, qui s'est un peu endormi », confie Coralie, fan de la première heure. « On a déconnecté pendant le film, on s'est bien marré », reprend Thierry, venu en famille. N'importe qui, « c'est l'histoire de ma vie... un peu romancée », sourit Rémi Gaillard. Celle d'un gars de Montpellier, armé de ses peluches géantes et d'un caméscope, qui compte 1, 7 milliard de clics avec ses vidéos. Sa copine, interprétée par Nicole Ferroni, ne le supporte plus. Par amour, il rangera ses gags au placard... avant de « recraquer ». « Le tournage n'a pas été facile tous les jours, on s'est beaucoup affronté sur certains choix avec le réalisateur (Raphaël Frydman), souligne le Montpelliérain. J'aimerais bien continuer dans le cinéma, oui. Mais si je me ramasse avec celui-là, je n'aurai pas de seconde chance. En revanche, si le film fait au moins 500 000 entrées, peut-être que l'on fera une suite... Et, peut-être que je la ferai seul ! »

Beaucoup d'improvisation


Servi par la performance de Rémi Gaillard, aussi à l'aise en costume de cosmonaute que dans les scènes les plus émouvantes, N'importe qui est également sublimé par un casting de choix. « Ça a été un tournage très particulier, je me suis éclaté, note Patrick Raynal, qui joue le beau-père. La quasi-totalité des scènes sont improvisées. On a osé faire des choses qu'on ne fait pas ailleurs. Avec Rémi Gaillard, la rencontre a été géniale ! C'était la confrontation entre deux écoles. » Un tournage qui a « éclaté » Nicole Ferroni. « On s'est bien marré mais c'était fatiguant, souligne la comédienne. Sur le tournage, on a eu le droit de faire n'importe quoi, ce qui a causé pas mal de problèmes au montage ! » La salle rie, applaudit. Et lorsque le générique défile, elle en redemande. Le pari de Rémi Gaillard, le gars de la Paillade, est réussi.

■ 100 % local

Le film met en valeur certains lieux emblématiques de la ville, comme la Croissanterie de Richter ou le magasin Inter-fêtes. Dans le film, on reconnaît le dessinateur Dadou ou le chanteur Greg Laffargue.