Un grand succès à deux chiffres

Jérôme Diesnis

— 

Mohed Altrad est aussi à la tête du club de rugby du MHR.
Mohed Altrad est aussi à la tête du club de rugby du MHR. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Ecrivain de talent étudié dans l'enseignement secondaire et patron du club de rugby du MHR, Mohed Altrad est avant tout un chef d'entreprise d'envergure internationale. L'empire qu'il a bâti pesait 710 millions d'euros en 2013. Un chiffre d'affaires en hausse de 18 %, soutenu par la croissance externe, et notamment le rachat, en octobre, d'une entreprise anglaise, forte de 60 millions d'euros de chiffre d'affaires. « Chaque année, nous rachetons trois ou quatre sociétés », précise le dirigeant.

4 921 salariés en CDI


Au total, une centaine d'entreprises ont été absorbées par un groupe créé de toute pièce par celui qui est né dans une famille de bédouins. « Il y a des limites à l'intégration car il faut le mettre en conformité avec le reste du groupe afin que les choses se passent bien. Cela prend un peu de temps », reprend-il.

Fort d'un effectif de 4 921 salariés en CDI répartis en 16 pays, le groupe Altrad génère 90 millions d'euros de liquidités dans un contexte économique morose. Il a poursuivi son redéploiement stratégique vers le service et la location de tubulaires (facturation du produit, montage et démontage, transport), qui représentent 344 millions d'euros de chiffre d'affaires.

« Le seul frein au développement, c'est l'homme. Il faut s'adapter en permanence, qu'il s'agisse de la personne à la structure ou la structure elle-même », reprend Mohed Altrad, dont le groupe produit également chaque année 250 000 bétonnières et pour 23 millions d'euros de chiffre d'affaires de brouettes. « Ce qui fait la différence, ce sont les gens. La passion et l'engagement que vous allez mettre. Il est essentiel d'avoir une vision globale et humaniste au produit », conclut-il.

■ Ecrire, une thérapie contre l'isolement

« On écrit toujours plus ou moins sur soi-même, même si vous trouvez un support qui n'est pas vous-même. Comment écrire sur soi-même en prenant une distance essentielle ? explique Mohed Altrad à l'évocation de sa facette d'écrivain, une respiration dans son rôle de chef d'entreprise. Vous laissez beaucoup de personnes en route lorsque vous changez de dimension. C'est une forme d'isolement et d'exil. Alors, l'écriture est une forme de thérapie. »