De la Méditerranée au Pic Saint-Loup à bicyclette

Jérôme Diesnis

— 

Le Pic St-Loup, au nord de la ville.
Le Pic St-Loup, au nord de la ville. — Elisabeth Capillon

Relier l'arrière-pays à la mer par des modes de transport doux : le projet vient de prendre un virage décisif ce lundi. En assemblée plénière, le conseil général a voté le financement des études pour la création d'une voie verte de la Méditerranée au Pic Saint-Loup, en empruntant les vallées du Lez et de la Mosson (avec une bande de tolérance de 100 m à certains endroits). « C'est un parcours fabuleux, sans dénivelé, ce qui constitue souvent un frein à la pratique du vélo à Montpellier », souligne Christian Dupraz, seul élu EELV de l'hémicycle, porteur de ce projet.

Développer l'agrotourisme


Long de 70 km, cette voie devrait emprunter quelques portions existantes le long du Lez et d'autres à imaginer le long de la Mosson, beaucoup moins mis en valeur actuellement. Les deux années d'étude vont concerner notamment l'impact sur la faune et la flore et les acquisitions foncières. Le coût total du projet est estimé à 8 millions d'euros.

Il a pour but d'aider au développement du tourisme vert, à Montpellier et dans l'arrière pays. « Indépendamment des déplacements des Montpelliérains, nous espérons que ce beau projet permettra le développement de l'agrotourisme dans le secteur de la Mosson, souligne Daniel Floutard, maire de la petite commune de Combaillaux (1 446 habitants). Nous allons essayer de mailler le territoire par rapport à ces loisirs de pleine nature et de découverte des produits du terroir. » Le début des aménagements est prévu pour 2016.

■ Véloroute V80

Le Conseil général s'associe à celui du Tarn dans le projet Véloroute V80 : cette route relierait 3 «euro-routes» et ouvre la possibilité d'un circuit national et européen entre l'Atlantique et la Méditerranée.