Le cri de désespoir du 93.5

Jérôme Diesnis

— 

Bruce, Mélanie et Laure, trois des quatre salariés menacés.
Bruce, Mélanie et Laure, trois des quatre salariés menacés. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Comme souvent, leur voix porte un cri d'alarme. Mais cette fois, il s'agit du leur. Radio Clapas, plus vieille radio associative de Montpellier en activité (depuis 1978), est au bord de la faillite. « On a découvert l'ampleur de la dette (55 000 €) lors du changement de bureau fin décembre », explique Mélanie Charpentier, l'une des quatre salariées.

«Douze jours à vivre »


Coloré jazz, le 93.5 FM est une référence, grâce à la qualité d'émissions qui attirent 75 000 auditeurs chaque semaine. « Nous sommes la seule radio en France à bénéficier du label Point information jeunesse, note Laure Méravilles. Nous sommes présents par exemple depuis le quartier des mineurs en prison. »

Cette ambition est menacée par l'absence de trésorerie. « La perte de 30 000 € d'aide et une gestion hasardeuse de l'ancien bureau nous ont menés dans un trou, résume le chef d'antenne Bruce Torrente. Si on ne fait rien, il nous reste douze jours à vivre. »

Ils savent déjà qu'ils ne pourront pas sauver tous les emplois, mais se battent pour « éviter la disparition de la radio. » Outre les dons (lire encadré), l'adhésion au club des auditeurs permet de bénéficier, pour 48€, de places gratuites à de nombreux concerts.

■ Pour les aider

Des dons sont ouverts en ligne depuis le site www.radioclapas.fr, via Paypal ou un lien vers un site de kisskissbangbang. Des chèques peuvent être envoyés au 56, rue de l'Industrie à Montpellier.