Les Halles font place nette

Nicolas Bonzom

— 

Les Halles Laissac, et son parking.
Les Halles Laissac, et son parking. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Le projet « futuriste » des Halles Laissac fait l'unaminité, à l'heure de la fermeture du marché rond.En 2015, le bâtiment sera entièrement démoli, pour laisser place, dès 2017, à une immense galerie vitrée, imaginée par l'architecte marseillais Christophe Gulizzi. Clients et commerçants voient dans ce chantier de 6 millions d'euros une façon de « moderniser ces vieilles Halles, qui en avaient besoin », confie-t-on, dans les allées. « Cela fait bientôt 30 ans que j'entends dire qu'elles vont être démolies, souligne un marchand. C'est pas trop tôt ! »

Des avis partagés


Pourtant, un détail du projet fait débat : l'absence de parking. Ou presque. Un souterrain de 25 places sera conservé, contre 250 actuellement. Pour justifier son choix, la mairie met en avant des « difficultés techniques et le coût prohibitif d'un stationnement souterrain », en évoquant notamment « le parking du Nouveau Saint-Roch, en construction à 200 m de là, [qui répondra], avec le parking Gambetta, aux besoins actuellement satisfaits par le parking à Laissac. » La CCI (Chambre de Commerce et d'industrie) s'en inquiète. Satisfaite du choix de l'architecte, elle souligne néanmoins la nécessité de maintenir 250 places. « L'accueil de 25 véhicules ne suffit pas, note-t-elle. Le parking de la nouvelle gare ne peut pas répondre aux besoins. »

Côté commerçants, les avis sont partagés. « La suppression du parking est très ennuyeuse, confie un primeur des Halles. Une partie de la clientèle vient en voiture. » Pour Gisèle, propriétaire d'un pressing, « c'est un peu dommageable pour nous, j'espère qu'il y aura des arrêts-minute. En revanche, cela devrait causer du souci aux riverains, qui utilisent ces places. » « Le parking n'a pas d'importance, signale Thierry, fromager. Nos clients viennent essentiellement du quartier. »

■ Un siècle d'histoire

Les premières halles Laissac ont été inaugurées en 1880 par le maire Alexandre Laissac. En 1966, la mairie les rase, pour construire un parking silo de 250 places, avant une nouvelle rénovation en 1968.