Anatomie d'un projet

Nicolas Bonzom

— 

Le bâtiment est prévu pour 2018.
Le bâtiment est prévu pour 2018. — Image courtesy of BIG ? MIR

Après des mois de polémiques, et de mystère, la Cité du corps humain se dévoile. « Elle sera unique au monde, confie le professeur Didier Sicard, président de son comité d'orientation. Montpellier devrait susciter la jalousie d'autres villes. La Cité a vocation à être un lieu national, et non pas municipal. Il faut que les Parisiens ou les Bretons sachent qu'ici, il y aura une Cité pas comme les autres. » Son ouverture est prévue en 2018, à Port-Marianne, au Parc Charpak.

Expositions, conférences, spectacles, formations...


L'élégance du trait de l'architecte danois Bjarke Ingels (Big Architectures) a été choisie pour dessiner ses contours. Le projet présente une façade ondulée et des toits transformés en terrasses végétales, accessibles grâce à des jeux de pentes. « La toiture pourra être utilisée comme un espace public, confie Bjarke Ingels, de passage à Montpellier ce mercredi. Quant à la façade, elle évoquera des empreintes digitales. » La Cité du Corps Humain abritera près de 3 000 m2 d'espace dédié à des expositions, un auditorium d'une capacité de 200 personnes, une salle de gala de 450 m2 et un restaurant. « Ce n'est pas un musée, martèle Emmanuelle Boyer, chef de projet depuis 2012. Nous n'aurons pas vocation à gérer des collections. Le lieu accueillera des ateliers, des conférences, des expositions, des formations, des spectacles, mais il n'y aura absolument aucune concurrence avec les lieux culturels. »

D'un coût moyen de 33 millions d'euros, la Cité du corpshumain pourrait, selon le maire Hélène Mandroux (PS), générer de nombreuses retombées : 250 000 visiteurs et 2 millions d'euros de retombées économiques par an, et 300 emplois directs, ou indirects. Des mécènes, et le ministère de la Culture pourraient également mettre la main à la poche, pour la financer.

■ Prestigieux soutiens

Le projet de Cité du corps humain a réuni de prestigieux soutiens, comme le professeur Didier Sicard, Claudie Haigneré, ex-spationaute, et Henri Pujol, ancien président de la Ligue contre le Cancer.