L'État aurait-il soldé certains terrains ?

— 

Dans un référé publié en fin d'année, la Cour des comptes pointe du doigt la cession, par l'État, de certains biens domaniaux à la Société nationale immobilière (SNI), dont Celleneuve. D'après les sages, les intérêts de l'État auraient été « insuffisamment préservés ». « La SNI a obtenu la cession de terrains (...) de 10 ha pour 8, 45 millions d'euros. Or, un jugement de la cour d'appel, en 2012, a valorisé un terrain voisin à 4, 5 M € l'hectare », note le référé. « Nous dépendons de la Caisse des dépôts, institution publique, pas de fonds privés, donc pas question de faire de l'argent sur le dos de l'État, confie Hervé Silberstein, directeur adjoint à la SNI. Par bail emphytéotique, valable encore 40 ans, nous gérions les logements militaires de l'EAI. Nous avons simplement récupéré les terrains, qui sont, pour l'heure, inconstructibles. N.B.