Municipales 2014 à Montpellier : Les socialistes en tête pour la mairie

MUNICIPALES Un sondage Polling Vox publié par «Libération» place le PS en tête aux deux tours

Jérôme Diesnis

— 

Jean-Pierre Moure (PS) gagnerait la mairie dans tous les cas de figure.
Jean-Pierre Moure (PS) gagnerait la mairie dans tous les cas de figure. — Nicolas Bonzom/Maxele Presse

 

Sur son compte Twitter, Jean-Pierre Moure (PS) a pris acte du sondage publié ce mardi par Libération, à quatre mois des élections municipales. «Après celui publié dans La Gazette la semaine dernière, un second […] me donne gagnant.» A 31 % au premier tour et 58 % au second dans l'hypothèse d'une triangulaire PS-UMP-FN au second, le candidat officiel du PS écraserait même la concurrence, malgré la présence d'une liste dissidente menée par Philippe Saurel. Lequel s'apprête à officialiser sa candidature.

 

 

«Des éléments anormaux»

 

 

A l'image de Nicolas Bigas (PS), membre de la liste de soutien à Jean-Pierre Moure, les socialistes savourent ces chiffres qui prouvent que « [leur] candidat est en phase avec la réalité du terrain.» Muriel Ressiguier (Front de gauche) savoure également le score de son parti estimé à 10 %. «Toutes les composantes du Front de gauche ne sont pas prises en compte, ce qui signifie que l'on peut faire beaucoup plus.» A l'issue du vote des militants, le PC, à 98 %, s'est depuis rallié à la liste Front de gauche.

A droite, les regards sont beaucoup plus sévères. A commencer par la pertinence du sondage. «Ces entretiens n'ont pas été menés par un institut de sondage. Le sondeur touche même 60 000 € de subvention de la ville. C'est un point critiquable, s'étonne Jacques Domergue (UMP), crédité de seulement 22 % au premier tour.» Ces chiffres donnent l'impression que rien n'a changé dans le rapport de force depuis les présidentielles. Compte tenu du contexte actuel, ces éléments me paraissent anormaux. «

Pour France Jamet, le score du Front national est également anormal. Il plafonnerait à 11 %.» C'est très largement en deçà de la réalité. On va avoir de belles surprises. «Anne Brissaud (UDI) est plus que dubitative sur ses 5 % annoncés :» J'ai appris la politique grâce à Chirac. Les sondages de début de campagne ne signifient pas grand-chose et sûrement rien sur les résultats des votes. Heureusement, d'ailleurs. «