« Un candidat crédible »

Propos recueillis par Jérôme Diesnis

— 

Le président du MHR, Mohed Altrad.
Le président du MHR, Mohed Altrad. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

Chef d'entreprise d'un groupe florissant qui pèse 720 millions d'euros de chiffre d'affaire et écrivain talentueux, Mohed Altrad a de l'ambition pour le Montpellier Hérault Rugby dont il est le président.

Les prolongations de Ouedraogo et Trinh-Duc soulignent vos ambitions

Même si on a joué la finale en 2011, on était très mal financièrement. Le club était en faillite financièrement, en terme de management et d'organisation. L'idée était de remonter très haut à moyen terme. L'arrivée des nouveaux et les signatures de François et Fufu s'y inscrivent.

L'objectif, c'est le titre d'ici 2016 ?

Je ne raisonne pas comme ça. On doit devenir un club où l'on a tout ce qu'il faut pour gagner un titre. On ne l'a pas encore complètement. Après, il n'est pas sérieux de dire que l'on sera champion de France. En revanche, nous voulons devenir un candidat crédible. Si on doit retourner en finale comme en 2011, on sera prêt cette fois.

D'autres stars de l'hémisphère sud vont-elles arriver ?

Au-delà du budget (20 millions d'euros), on est quasiment au maximum du salary cap. Il reste un joueur ou deux à recruter pour l'atteindre. Si des stars arrivent, il ne faut pas éliminer les autres joueurs. Les coaches essaient de faire des rotations tout en alignant à chaque fois la meilleure équipe possible.

Comment comptez-vous optimiser vos ressources ?

Tous les secteurs du club ont progressé, sauf le commerce. En terme de sponsoring, on réalise le même chiffre d'affaire, malgré la perte de Vortex et Vinci. D'ici deux à trois mois, la brasserie sera opérationnelle, pour un chiffre de 400 à 500 000 euros. Nous avons par ailleurs trouvé un accord avec l'agglomération pour optimiser les frais de location du stade.

Avez-vous négocié une clause, dans la prolongation de contrat de Fabien Galthié, afin qu'il assiste à tous les matchs de Montpellier ?

Non, nous l'avons pas évoqué. A mes yeux, ce n'est pas quelque chose de majeur. Je considère son activité de commentateur comme un vecteur de communication et de prestige pour le club.