Ils accouchent d'un projet

Nicolas Bonzom

— 

L'association des Hauts de Boutonnet veut redonner vie à la maternité.
L'association des Hauts de Boutonnet veut redonner vie à la maternité. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

A l'abandon depuis dix ans, l'ancienne maternité de l'avenue du professeur Grasset pourrait connaître une nouvelle vie. L'association de riverains des Hauts de Boutonnet vient de boucler son propre projet de réhabilitation, lassée de voir ces 1, 3 ha de bâtiments et de verdure, propriétés du CHRU, laissés en friche. « Plusieurs projets ont été envisagés, et rien n'a été fait, note Fabrice Pagès, président de l'association. On propose donc le nôtre. Avec une maison pour tous – car certaines associations manquent de locaux –, un espace vert, avec des jeux pour enfants, des logements et des commerces. »

« Un centre de quartier »


Résident du quartier « depuis une cinquantaine d'années », et voisin de l'ancienne maternité, François, architecte à la retraite, a imaginé les plans. « Il me semble qu'il faut en faire un centre de quartier, confie-t-il. Les Hauts de Boutonnet manquent d'équipements. Autrefois, tout le long de l'avenue, il y avait beaucoup de commerces, qui ont disparu. La réhabilitation de la maternité est devenue indispensable. »

Michaël Delafosse (PS), adjoint à l'urbanisme, se réjouit que des riverains s'emparent du projet. « La ville a pris des dispositions pour classer les bâtiments, et certains arbres, qui sont la mémoire de Montpellier, souligne-t-il. Nous avons indiqué un certain nombre de conditions à respecter au CHRU, le jour où il voudrait s'en séparer. Si les choses pouvaient bouger, ce serait une bonne nouvelle pour Boutonnet. » Les plans de réhabilitation seront prochainement présentés en détails aux propriétaires.