Ranger prêt pour le Top 14

Jérôme Diesnis

— 

Rene Ranger (à gauche) et Robert Ebersohn, nouveaux éléments du MHR.
Rene Ranger (à gauche) et Robert Ebersohn, nouveaux éléments du MHR. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Va-t-il apprendre le français ? Réponse : « oui », et dans la langue de Molière s'il vous plaît. « Dès la semaine prochaine. » Au surlendemain de son arrivée en France, Rene Ranger a réussi ses débuts face aux micros, le sourire aux lèvres face à un auditoire sous le charme. « Je suis ici, car c'est un club qui joue énormément et qui est très ambitieux. J'ai désormais quinze jours pour assimiler la stratégie », évoque-t-il, avant la réception de Castres.

Blacks entre parenthèses


S'il n'en a « pas encore discuté avec Fabien Galthié », Ranger avoue que son poste préféré est celui de second centre. Samedi, c'est à la télé qu'il suivra ses compatriotes, face à la France. « Je serai derrière les Blacks, précise-t-il. Je n'ai pas de regrets de ne pas y être. Les Blacks, c'est représenter son pays, sa famille, ses amis, c'est un grand symbole et l'occasion de jouer avec de très grands joueurs. »

En signant à Montpellier en fin de saison dernière, la star néo-zélandaise a placé entre parenthèses sa carrière sous le maillot à la fougère. En revanche, il écarte l'idée d'avoir hésité à honorer son contrat. « Je n'ai jamais dit que je ne viendrais pas. » Il est bien là. Et toute la France du rugby salive à l'idée de le voir à l'œuvre.

■ Ebersohn aussi

Le centre sud-africain Robert Ebersohn était lui aussi présent au point presse. L'occasion d'évoquer sa nouvelle équipe « très solide en défense, très joueuse et [qui] pratique un jeu très aérien ».